Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 07:46

Il rompt le silence 15 jours après les législatives

Ahmed Ouyahia

 

Tous les chefs des partis politiques se sont exprimés au lendemain des résultats des législatives, excepté M.Ouyahia.

Rendez-vous décisif pour le Rassemblement national démocratique. Le RND tient la sixième session de son conseil national demain à la Mutuelle des matériaux de construction à Zéralda.

Cette session ordinaire s'annonce indécise. Elle intervient dans un contexte particulier, marqué par des dissidences au sein du parti. Le secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, va sortir enfin de la zone de silence où il s'est enfermé pour s'exprimer devant ses cadres sur la situation du parti, le RND, qui sera en conclave pendant deux jours. Contacté par nos soins, le porte-parole du RND, Miloud Chorfi, a précisé qu'il sera question de parler de la situation politique du pays, des résultats des législatives du 10 mai dernier et de la situation au sein du parti. Il faut relever que le RND est le seul parti à ne pas s'être exprimé depuis le scrutin du 10 mai. Alors que tous les chefs des partis politiques se sont exprimés au lendemain des résultats des législatives, M.Ouyahia a gardé le silence. Ce week-end ne sera pas de tout repos pour lui.

Le secrétaire général du RND aura, donc, à expliquer le score réalisé par son parti aux législatives, score bien en deçà de celui réalisé en 2007. Il a avancé de quelques sièges pour atteindre 68 sièges. Six sièges de mieux que la législature sortante, mais très loin du vainqueur du scrutin, le parti FLN.

Un autre point sera soulevé, le mouvement de redressement. Lors de cette réunion, Ahmed Ouyahia va faire face à ses démons. Les rangs des mécontents se sont renforcés.

Le SOS lancé par Nouria Hafsi, la présidente de l'Union nationale des femmes algériennes (Unfa) a trouvé, apparemment, un écho favorable. Mercredi dernier, une cinquantaine de cadres militants du RND ont lancé officiellement à Alger un «mouvement de redressement» contre Ahmed Ouyahia, composé essentiellement de membres du conseil national. Conduit par le P/APC d'Alger-Centre, Tayeb Zitouni, le mouvement de redressement contre M.Ouyahia, s'élargit de jour en jour. La mobilisation de la base est quasi générale. Selon certaines sources, d'autres personnalités se sont jointes au mouvement, tels Chérif Rahmani, député de Djelfa, qui a ramené 7 sièges au RND, lors du scrutin du 10 mai, Yahia Guidoum, membre du conseil national, Mustapha Berraf, ancien président du Comité olympique et Saïd Abadou, président de l'Organisation nationale des moudjahidine. Il faut relever que Nouria Hafsi était la première à oser s'attaquer à Ouyahia.

Les initiateurs de ce mouvement, placé sous la devise «Rendre le RND à ses militants», imputent «la déroute» du parti à Ouyahia, notamment après le score dérisoire obtenu par le RND lors des législatives du 10 mai.

Dans une déclaration virulente à l'issue de leur réunion, les redresseurs expliquent cette «dégringolade» par une «gestion chaotique, hasardeuse et antidémocratique du parti». «Ouyahia n'est en aucun cas capable d'une once de pensée sincère de démocratie. Il ne nous a pas non plus habitués à des discours à connotation démocratique», déplorent les redresseurs. Or, face à ces agitations, la direction du RND est restée de marbre. Celle-ci ignore ce mouvement. Interrogé sur ce point, le porte-parole du parti, Miloud Chorfi, n'a pas voulu faire de commentaire. «Je n'ai pas de commentaire à faire sur ce sujet», a-t-il déclaré en précisant qu'il y a un règlement interne du parti et des instances où chacun peut exprimer ses avis.

Le secrétaire général du RND, qui animera une conférence de presse samedi, sera certainement interpellé par la presse sur ce point qui fait l'actualité ces derniers jours.

Remaniement ministériel, candidature à la présidentielle de 2014, sont autant de questions sur lesquelles sera appelé à répondre le patron du RND. Dans le landerneau politique, le secrétaire général du RND est considéré comme le seul responsable qui «aurait» les capacités pour diriger le pays en 2014.

En plus de son bagage intellectuel et sa maîtrise reconnue pour les dossiers économiques, cet énarque, estiment les observateurs politiques, se met déjà dans la peau d'un présidentiable en réserve de la République. Sachant que le rendez-vous de 2014 intervient dans deux ans, les candidats s'y préparent déjà.

Source L’Expression Nadia Benakli

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires