Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 05:42

La compagnie de transport aérien Air Algérie traverse une sérieuse zone de turbulences.

pagaille-aeroport.jpg

 

Depuis quelques jours, le trafic aérien est complètement perturbé. La majorité des vols de la compagnie nationale, au départ comme à l’arrivée, connaît des retards énormes, voire carrément des annulations dans certains cas. Une situation qui a plongé les passagers en partance ou à destination des aéroports algériens dans un désarroi total. Ce fut le cas hier, à l’aéroport international d’Alger où de nombreux voyageurs à destination de villes européennes et arabes, étaient livrés à eux-mêmes, les yeux rivés sur les tableaux des arrivées et des départs affichant, au grand dam des voyageurs, d’énormes retards. Le vol à destination de la ville française de Lyon, prévu à 8h, est reporté finalement à 19h ; celui à destination d’Orly, qui devait avoir lieu à 15h15, est retardé jusqu’à 18h, tout comme celui en direction de Milan qui a connu un retard de plus de 6 heures. C’est l’effet cascade, comme on l’appelle dans le jargon du transport aérien.

Des familles qui attendaient l’arrivée de leurs proches, notamment en provenance de villes françaises, prenaient leur mal en patience. Les vols en partance pour Nice, Paris, Dubaï et Lyon ont enregistré des retards allant de 5 à 12 heures. Tout ça pour la seule journée d’hier. Beaucoup trop pour une compagnie qui se veut ambitieuse. Le secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères chargé de la Communauté algérienne à l’étranger, Halim Benatallah, qui s’est rendu hier matin à l’aérogare Houari Boumediene, a pu constater les conditions désastreuses dans lesquelles voyagent les Algériens. Le pavillon national, qui a « habitué » ses clients à des désagréments d’où l’appellation populaire d’« air couscous », n’a jamais connu un tel dérèglement dans son fonctionnement. Les passagers n’en peuvent plus. Ce qui fait dire à l’un d’entre eux, Hafid, qu’il ne voyagerait plus sur Air Algérie : « Franchement, j’ai regretté d’avoir pris un billet Air Algérie.

Je dois prendre le vol de 15h15 vers Orly, à ma grande surprise, je découvre que mon vol est déprogrammé. Il est reporté jusqu’à 18h. J’espère qu’ils ne vont pas nous annoncer un nouveau report. » Mais ce qui a rajouté à la colère de Hafid, étudiant à l’université de Paris VIII, c’est l’absence de communication de la part des agents de la compagnie : « Personne ne prend le soin de nous fournir des explications sur tous ces retards. Pis encore, les employés de la compagnie se contentent de la fameuse expression ‘Allah ghaleb’ (on n’y peut rien). Ça ne fait pas du tout sérieux pour une compagnie qui se veut nationale », s’est indigné le malheureux passager.

Ceux qui souffrent le plus ce sont les personnes âgées. Un vieux couple est ballotté d’un guichet à l’autre sans pouvoir obtenir la moindre explication : « Vous patientez comme tous les autres et puis on verra, nous dit-on à chaque fois. C’est infernal rien ne va, on nous balance d’un guichet à l’autre sans que personne ne puisse nous donner une information sûre. Aucun ne semble connaître ce qui se passe. Ça devient insupportable. Nous sommes ici depuis 9h et nous ne savons même pas quand nous pourrons partir. » « Ce n’est pas sérieux », a lâché le couple. Un autre passager, El Hachemi, 66 ans, originaire de Berrouaghia (Médéa) et résidant à Marseille, risque de rater son rendez-vous médical, aujourd’hui, à l’hôpital d’Avignon. « J’ai peur pour ma santé, je suis cardiaque et je dois être cet après-midi (hier) à Marseille pour un rendez-vous à l’hôpital. Je me suis levé à 5h, mon vol était prévu à 11h30, mais là avec toute cette perturbation il a été retardé jusqu’à 23h. Je ne peux pas attendre, j’ai une urgence médicale et je suis à court de médicaments ! Ils doivent me trouver un autre vol avec une autre compagnie », implore-t-il, dossier médical à la main. Le chef du centre d’exploitation d’Air Algérie, M. Beldi, tente de le rassurer. « Ne vous inquiétez pas, on fera tout notre possible pour que vous puissiez partir avant la fin de la journée. »

M. Beldi nous a indiqué que l’entreprise a sollicité l’aide d’autres compagnies aériennes pour débloquer la situation. La visite, il y a quelques jours, du patron de la compagnie, Wahid Bouabdellah, à l’aérogare n’a pas pour autant résolu le problème. Il est vrai que les agents de la compagnie nationale sont complètement dépassés. Il s’avère qu’ils ne peuvent pas maîtriser la situation qui leur échappe totalement. Le chef d’escale, le plus sollicité par les passagers, court en tous sens, tentant d’être partout… et nulle part. « Je ne peux rien vous dire. Demandez aux responsables », nous a-t-il lancé. Il est devenu le plus indésirable aux yeux des passagers, à mesure que les retards s’affichent sur les tableaux des horaires des vols. Mais il défend désespérément, sans convaincre, l’image de la compagnie nationale qui bat de l’aile. Alors que la concurrence dans le domaine aérien fait rage. Et ce n’est sans doute pas avec de telles perturbations que les avions d’Air Algérie préserveront leur espace aérien.

Source El Watan Hacen Ouali

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires