Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 08:06

Agriculture : Les Français s'engagent dans la formation

Algerie Agriculture Irrigation

 

Plusieurs conventions, dans divers secteurs de l'Agriculture, seront signées entre les parties algérienne et française, ce jeudi, à Alger, dans le but d'affirmer, concrètement, la coopération entre les deux pays. C'est ce qu'a annoncé officiellement le conseiller du secteur agricole, dans le Maghreb, du Président François Hollande, M. Daniel Soares, en marge d'un séminaire algéro-français sur la valorisation de la production des fruits et des légumes, tenu hier, à l'hôtel Hilton'. Les conventions institutionnelles concernent la formation professionnelle des vétérinaires officiels, la documentation, les archives agricoles, ainsi que sur l'élevage. Une convention de partenariat professionnel sera également signée et concernera l'appui à la structuration et au développement de la filière bovine en Algérie, la conduite d'un programme d'échanges dans les filières lait, des légumes et des viandes ainsi qu'une convention-cadre destinée à la relance de l'activité de la levurerie en Algérie et la création d'une société mixte. 
Le conférencier a également souligné qu'une table ronde sera organisée, aujourd'hui. Elle réunira les entreprises françaises et algériennes du secteur agricole, en vue de déboucher sur les opportunités d'échanges entre les entreprises et les professionnels du secteur. « Et surtout pour lever les contraintes pour aller, encore, plus loin » a-t-il mentionné. Le conseiller du président français a souligné qu'un comité a été installé pour suivre de près l'évolution de la coopération et les relations de partenariats entre les deux pays. La partie française a exposé hier, devant les professionnels du secteur des fruits et légumes, une multitude d'offres de services, notamment, sur les semences, la transformation, la maintenance ainsi que dans d'autres domaines. Des offres techniques qui répondent aux besoins spécifiques de la filière fruits et légumes en Algérie. M. Sahraoui Benallal, directeur général de l'Office national interprofessionnel des légumes et des viandes (ONILEV) a présenté quelques indicateurs sur la filière des fruits et légumes, en Algérie. Il a précisé que les exploitations agricoles s'étendent sur 1,1 million d'hectares (650.000 ha pour les fruits et 450.000 ha pour les légumes). Notons que ces deux filières occupent 12,5 % de la surface agricole. Il fait savoir que la production totale agricole est de 141 millions de quintaux dont 100 millions en production maraîchère. La valeur de cette production maraîchère est de 891 milliards de dinars. Notre pays a exporté 412 000 tonnes de fruits et légumes, en 2012. Notre interlocuteur précise que l'Algérie a exporté, durant l'année 2012, 20.000 tonnes dont 85% destinés au marché français. Il précise qu'en matière d'emplois, le secteur contribue à hauteur de 11,7%. « Il est à la 4ème place après le secteur du Commerce, des Travaux publics et l'Industrie ». M. Rachid Bouzidi, cadre au ministère de l'Agriculture a affirmé qu'aucun produit agricole frais n'a bénéficié de préférence tarifaire que se soit dans les accords des échanges avec l'Union européenne, dans le cade de la ZALE ou au dans le cadre des négociations qui sont en cours, notamment pour l'adhésion de l'Algérie à l'OMC. Il affirme que « tous les produits agricoles algériens jouissent d'une protection ». Et d'expliquer si l'Etat algérien apporte des soutiens importants pour améliorer la productivité locale, il doit parallèlement, assurer toute la protection nécessaire à cette production. Et de souligner : « aller négocier des accords préférentiels, c'est donc remettre en cause cette nouvelle politique agricole qui, à travers l'appui de l'Etat, favorise l'amélioration de la production et du rendement ». 

Source Le Quotidien d’Oran M.Aziza

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires