Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 06:54

Les militantes dénoncent «les discriminations flagrantes»

femme-algerienne-copie-1

 

Les intervenantes, dont des députés, au forum d’El Moudjahid tenu hier, ont déclaré que le projet de loi organique dans le cadre de la loi 31 bis relatif à la participation des femmes dans les listes électorales est fortement attendu. Le texte concerne un quota de pas moins de 30% de participation des femmes dans les listes et devrait être applicable dès les prochaines échéances électorales.
Le thème de la femme en politique a réuni hier des représentantes de la société civile, de partis politiques et des députées. Ces dernières ont mis l’accent sur les discriminations flagrantes que subissent les femmes lorsqu’il s’agit de leur adhésion à la vie politique. Leur représentation étant minime aussi bien dans les instances élues, qu’au sein des partis politiques, des administrations que des entreprises. Mme Choutem, députée du Parti des travailleurs, a déclaré à ce propos qu’au niveau local notamment, les femmes hésitent à se présenter pour éviter la confrontation avec la population. Pour sa part, Mme Houria Oulebsir, représentant l’APW d’Alger et militante du RND, a rappelé que la femme est reléguée au second plan quand il s’agit de l’élaboration des listes électorales. «Quand il s’agit de pouvoir, les femmes n’ont pas de place. Il faut donc que des décisions soient prises au niveau des partis. Comme l’article 31 bis doit être appliqué, à ce jour nous n’avons pas vu de textes d’application », a déclaré l’intervenante. La vice-présidente de la commission santé, travail, formation professionnelle et affaires sociales au niveau de l’APN, Mme Aït-Merar Ourida s’interrogera sur le fait que les femmes soient toujours confinées dans des structures ou des commissions liées au social. Elle mettra l’accent sur la faible représentativité des femmes à l’APN qui est actuellement de 7%. «C’est tout simplement scandaleux, nous n’avons pas évolué depuis l’Indépendance et les assemblées locales ne sont pas mieux loties pour ce qui est de la représentativité des femmes», s’indignera la députée qui citera, par ailleurs, l’exemple du Sénat où la femme est représentée à raison de 4%. «Et encore, il ne s’agit là que des femmes désignées dans le quota du tiers présidentiel», précisera l’intervenante. «Les mentalités doivent impérativement changer, le travail de proximité pour les élections est fait par les femmes en général mais par la suite elles sont ignorées», s’est indignée Mme Merar. La présidente de l’UNFA (Union nationale des femmes algériennes) Mme Nouara Hafsi n’y est pas allée par quatre chemins pour dire que la femme est inexistante dans le domaine politique. «Les partis politiques s’opposent en fait à la participation active des femmes comme ces dernières ne profitent même pas des droits que leur a accordés la Constitution. Constitution qui n’est d’ailleurs pas appliquée puisqu’elle accorde l’égalité des droits entre les hommes et les femmes», expliquera Nouara Hafsi dans son intervention. Elle recommandera, de ce fait, que soit appliqué le système des quotas concernant la participation des femmes aux listes électorales.

Source Le Soir d’Algérie F. Zohra B.

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires