Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 06:59

Les reniements de l’Exécutif sur fond d’opportunisme politique

 Ouyahia

 

Recul sur le certificat de nationalité pour le renouvellement de la carte d’identité nationale et du passeport. Recul sur la lutte contre l’informel et l’obligation du paiement par chèque au-delà de 500 000 DA.

Recul sur le 12 «S» après en avoir fait la panacée du bonheur «biométrique». Recul sur le durcissement des mesures de retrait de permis avant de revenir à une démarche répressive à l’égard de la délinquance automobile. Recul sur la hausse des prix de l’huile et du sucre en réponse aux émeutes de janvier. Dernier fait en date de la série : le RND, et par ricochet, son secrétaire général et par ailleurs Premier ministre, Ahmed Ouyahia, vient d’annoncer dans la foulée des consultations présidentielles, son recul sur le principe des mandats illimités à la magistrature suprême en appelant à «une organisation du pouvoir exécutif favorisant la consolidation du pluralisme politique à travers une fonction présidentielle avec un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois». Voilà un net progrès démocratique par rapport à l’attitude de ce même parti, et de la majorité présidentielle dans son ensemble, qui cautionna l’amendement constitutionnel du 12 novembre 2008 qui avait mis Abdelaziz Bouteflika sur le chemin de la présidence à vie.

A cette liste qui est loin d’être exhaustive, on pourrait peut-être adjoindre cette déclaration de Daho Ould Kablia à propos des partis politiques : «Le ministère de l’Intérieur aurait pu geler les activités de 50% des partis politiques agréés. Mais nous n’appliquons pas la loi dans toute sa rigueur.» Si nos concitoyens ont montré des signes de soulagement sur nombre de ces «volte-face» tant le caractère inique de ces lois était de nature à susciter l’indignation davantage que l’adhésion, il faut convenir que cela ne rassure guère quant à l’assise philosophique qui sous-tend ce dispositif de gouvernance. Il n’y a qu’à voir la cacophonie qui caractérise l’environnement économique, et que n’ont de cesse de déplorer nos capitaines d’industrie en pointant à chaque fois du doigt l’inconstance du cadre juridique régissant l’investissement dans notre pays comme l’illustre toute l’incompréhension soulevée par la loi de finances complémentaires de 2009. Selon un rapport de la Banque mondiale, l’Algérie est classée à la 136e place sur 183 pays sous le critère du climat des affaires, et la confusion qui caractérise notre système bureaucratico-légal n’est sans doute pas étrangère à ce classement.

Il faut le dire une fois pour toutes : les lois sous nos latitudes sont faites pour être piétinées, détournées, mises sous le boisseau. On leur tord le cou à la guise des puissants, et quand il n’y a plus moyen de s’en accommoder, on les remet dans le tiroir, tout simplement, sans crier gare. En témoigne la loi sur les hydrocarbures qui fut votée au pas de charge sous la conduite de Chakib Khelil, avant qu’elle ne soit déclarée… antinationale, et son promoteur chassé du sérail sans autre forme de procès.

Annonces croustillantes

L’on n’a que trop insisté sur le caractère inhibiteur des «sautes d’humeur» du Président, et l’effet «nocif» de ses états d’âme sur ses plus proches collaborateurs. De là à suggérer que ce climat psychologique influe jusque sur le contenu imprimé aux lois du pays et les tâtonnements de l’Exécutif, il n’y a qu’un pas. L’acte de gouvernance, et plus généralement, l’acte de gestion, n’en sort pas épanoui en tout cas, surtout pas face à un président autoritaire et ombrageux connu pour ses foucades. Nos gestionnaires n’ont que trop souffert de se voir, en gros, coincés, entre deux institutions «castratrices» : la présidence de la République et le DRS. Entre les deux : Ouyahia, l’homme dont l’histoire de l’Algérie contemporaine retiendra qu’il a jeté injustement des centaines de cadres en prison. D’ailleurs, nous ne pouvons que nous féliciter de la dépénalisation de l’acte de gestion après que des milliers de managers eurent fait les frais de politiques dont ils ne sont pas toujours comptables.

Force est de constater, par ailleurs, que nos lois sont rarement l’objet d’un contrat social effectif entre la société et ses gouvernants. Nous avons trop pris l’habitude, en définitive, de voir nos gouvernements s’ériger sur des arrangements de clans, jamais sur une base élective ou même doctrinale. La seule source de légitimité de nos dirigeants, c’est l’attrait du pouvoir, le pouvoir pour le pouvoir, sans grande idée morale ni projet. Sans foi ni loi, somme-nous tentés d’ajouter. A défaut d’être guidées par des principes supérieurs, les lois auraient gagné à trouver leur inspiration première dans les préoccupations du peuple comme dépositaire de la souveraineté, et les intérêts de la nation comme source  privilégiée de l’action publique. C’est en effet le processus même ayant présidé à la promulgation des lois qui est en cause. Il y a lieu d’observer, en l’espèce, que l’acte législatif a eu à pâtir considérablement de l’affaiblissement de l’institution parlementaire. L’APN aussi bien que le Sénat se contentent de la formalité de validation des projets de loi à la quasi-unanimité des députés et autres sénateurs de la République, avec, à la clé, des «oui» massifs. Il est inutile de préciser que l’action du gouvernement échappe totalement à leur contrôle.

Dans son dernier discours à la nation, le président Bouteflika avait fait force annonces croustillantes assorties de révisions imminentes des textes majeurs en vigueur, à commencer par la loi fondamentale. Et comme le soulignait à juste titre Abdelhamid Mehri en réponse à ces belles réformes sur le papier, ce ne sont pas tant les textes qui posent problème, car, dit-il : «Les défauts du système actuel résident beaucoup plus dans ses pratiques que dans les textes.» De fait, même quand les meilleures lois sont conçues, encore faut-il se donner la peine de les appliquer, faute de quoi, ce ne serait que purs sophismes juridiques qui ne feraient qu’ajouter du flou au flou…
Source El Watan Mustapha Benfodil

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires