Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 07:41

Des députés interpellent le gouvernement

retraites-algeriens.jpg

 

Dans une déclaration transmise à la rédaction, le député du RCD Ali Brahimi déplore un dysfonctionnement au niveau de l'APN relatif à la demande introduite par un groupe de 34 députés relative à la revalorisation des pensions de retraites. Ces derniers n'ont reçu, selon lui, aucune réponse de la part du gouvernement, qui avait annoncé lors d'un Conseil des ministres la revalorisation promise depuis des mois. "Le respect de la Loi aurait voulu que le Gouvernement se présente devant l'APN au plus tard le 29 décembre" lit-on dans la déclaration. Dénonçant une culture de "non-droit qui domine l'Etat ", le député estime dans sa déclaration qu'il est " curieux qu'un gouvernement, qui a augmenté les pensions ,refuse de s'en prévaloir devant l'APN ". Tout en estimant que les augmentations annoncées sont très inférieures aux promesses faites, le député affirme dans sa déclaration que "les premiers éléments de réponse commencent à s'esquisser sur un sujet social sensible", à savoir que "le pouvoir refuse de rembourser à la CNR les 500 milliards de Dinars qu'il lui a imposés depuis près de vingt ans au titre du régime dérogatoire des retraites avant l'âge, proportionnelle et autres départs volontaires ". Aussi, souligne-t-il que "le mécanisme d'actualisation annuelle automatique des pensions (art. 46 de la Loi 83-12) n'a été mis en œuvre qu'en 2006 avec un effet rétroactif discriminatoire qui remonte seulement à 1992, ce qui exclut les retraités partis entre 1983 et 1992, c'est-à-dire les plus pauvres ". Par ailleurs, relève le député, " la dernière revalorisation pose des questions trop gênantes ". Et de s'interroger " qui supportera la charge des dernières augmentations, la CNR ou le trésor public? " Car, poursuit-il, " dans la forme, la revalorisation des pensions relève des prérogatives du Conseil d'administration de la CNR ". L'autre question soulevée par le député est " pourquoi des procédures aussi compliquées et aléatoires au lieu de revenir au mécanisme de l'alignement des basses retraites sur le SNMG en cours jusqu'au milieu des années quatre -vingt-dix de par la Loi 83-12? ". Ce sont là les questions cruciales, affirme la déclaration, qui " révèlent l'indigence de la politique sociale du pouvoir " et " soulignent sa responsabilité dans l'absence de justice sociale "

Source Les Débats Rachid Chihab

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires