Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 21:22
Algérie - A-t-on finalement vraiment besoin d'un président ?
point interrogation
Enfin de compte, pourquoi cet emballement ? A-t-on vraiment besoin d'un président en Algérie ? Est-ce vraiment nécessaire pour le pays ? A la fin, à bien regarder le pays mastiquer encore ses subventions et siphonner son pétrole et se marcher les uns sur les autres, on se demande s'il ne s'agit pas de la preuve la plus absolue que le régime en Algérie n'a pas plus besoin de président depuis la mort de Boumediene. Depuis des jours, Bouteflika est en France, dit-on, et ici, on a le même programme : des émeutes, des vols, des réalisations, des JT, des grimaces, des Chinois et des journées comme le reste du monde. On se passe donc de la légitimité des urnes autant que le régime se passe du peuple et de ses choix. Le pays fonctionne comme semi-pays, avec ou sans scores électoraux. Personne n'a besoin de personne et tout le monde a besoin du pétrole. C'est la conclusion majeure de ces jours de convalescence muette. Et cela éclaire un peu comme un phare peut éclairer un mauvais maquillage sur un peau trop vieille : tout ce qu'on a dit, mangé, avalé, mâché et répété sur les enjeux de la constitution à venir, des héritiers potentiels, de la succession ouverte, de la difficulté à trouver un président, est peut-être inutile : le poste ne vaut pas autant de bruits et d'angoisses et de paris et d'analyses. C'est juste un emploi honorifique peut-être. Un égard. Une sorte d'adresse dont on a besoin pour faire admettre, à l'internationale, que l'entreprise possède un siège et un représentant et un dossier complet. Mais qu'au fond, c'est en off-shore que cela se passe. 
Et ce n'est pas l'idée d'une sorte de pouvoir occulte, aimable facilité d'une partie des élites, qu'il s'agit d'exprimer, mais quelque chose de plus complexe : le pays n'a pas besoin de pays ! Il peut rouler sans volant et sans chauffeur. C'est un mécanisme biologique, pas une nation. On n'a pas besoin de la conscience pour déglutir et dégrader les aliments dans l'estomac : le corps a un cerveau mais il a des réflexes. Le pays a déjà des réflexes centrifuges propres qui lui permettent de se passer du retour de Boumediene. Perspective fascinante : la vie nationale est désormais du domaine de l'instinct. L'Algérie peut continuer sans son président comme elle fonctionne, depuis longtemps, sans son peuple. Il suffit juste d'une sorte d'intendant, de comptable qui compte les chèques, les subventions, les aliments et les augmentations. Aidé par un policier majeur qui frappe parfois ou qui incarne l'ordre désincarné, justement. Le pays se tient encore debout parce qu'il a toujours été assis. Paradoxe zen. D'où la question : A-t-on vraiment besoin d'un président de la République ? Echo lointain et philosophique de l'autre question déjà tranchée depuis les premières années : A-t-ton vraiment besoin d'un peuple en Algérie ? Réponse : non. Pour les deux
. 
Source Le Quotidien d’Oran Kamel Daoud
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires