Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 09:03

Du moins avec

seulement un SMS de 0,15 DA ?

point interrogation

 

 

Comment faire pour valider les prochaines élections ? On y a pensé donc en haut lieu, là où il ne neige pas comme sur les villages d'en bas : d'abord inviter des observateurs étrangers. Ensuite mobiliser les imams et, enfin, envoyer des SMS. Ensuite ? On attend. Selon les dernières rumeurs, on va même penser à suspendre l'actuel gouvernement et le disperser le temps que chaque ministre aille dans une wilaya se faire réélire. Est-ce suffisant ? Même pas du point de vue technique. Que peuvent en effet observer des observateurs ? Rien, entre l'escorte qui va trop vite, l'indicateur qui leur sourit, le centre de vote qui sera repeint pour eux. Les nouvelles fraudes se font dans le ventre, pas dans le berceau. En amont avec le nombre de votants, et en aval avec les chiffres. C'est d'ailleurs la bonne question : qui contrôle l'addition finale ? C'est là qu'il faut un observateur majeur. Mais passons. Le tout est une question de confiance comme dit par un collègue. La confiance ne se rétablit pas par un SMS, l'envoi d'un imam et un étranger. Cela ne suffira pas pour convaincre une épouse battue pendant 50 ans, presque tuée en 88, enterrée vivante en 90 et remaquillée de force avec le dernier référendum où on l'a forcée à dire oui alors qu'elle n'a même pas ouvert sa bouche sur ses dents cassées.
Il faut donc beaucoup plus : des cadeaux, des serments et des papiers emballage ne suffiront pas. Les Algériens ont appris à peu voter parce qu'ils deviennent qu'ils sont les premiers appelés et les derniers consultés. Ensuite, il faut offrir de meilleurs candidats pour réveiller le désir. C'est essentiel. Les candidats actuels sont faibles, méchants, pas beaux, pas honnêtes et insuffisants aux tests de sélection. Un bon ministre ne leur offrirait même pas sa fille en mariage. Les partis rebutent, au lieu d'attirer et séduire. Ensuite, il faut faire oublier, et cela n'est pas évident, les fraudes des dernières décennies. Là, comme dit par d'autres, il faut que le régime ait le courage d'avouer. C'est la moitié du chemin de la réconciliation. Oui j'ai fraudé. Mandela pardonnera. On s'embrassera peut-être et, au moins, on commencera à se croire capable de vivre dans la même maison nous et lui. Et pour le moment, c'est ce qui manque et c'est ce qui n'a pas été fait : un SMS et un imam ne suffisent pas à ressusciter un mariage et encore moins à convaincre un peuple entier. Il faut plus. Des supplications. Des sorties sur terrain sans garde corps. Des décapitations de méchants en live à l'heure du JT. Des procès importants pour qu'on puisse croire que les juges sont indépendants au tribunal et dans un centre de vote. C'est ce qui manque. Maintenant si le but est de faire semblant, faisons tous semblant. Pour une comédie, 200 étrangers suffisent. Pour une relance, il faut quand même inviter réellement les 37 millions d'indigènes.

Source Le Quotidien d’Oran Kamel Daoud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires