Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 09:32

L'Algérie entre deux feux

Gaz de Schiste 2

 

Le projet sur les hydrocarbures, débattu par le Parlement, considère cette nouvelle ressource comme une alternative pour le gaz naturel et le pétrole sans donner des garanties ou des éclaircissements sur ce sujet.

Il semble que l'Etat algérien n'a pas pris conscience des enjeux et des risques néfastes liés aux ressources fossiles non conventionnelles. Cette énergie domestique, abondante et à bas prix aurait retenu l'attention du gouvernement. Il veut s'aventurer, à tout prix, dans l'exploitation du gaz de schiste alors que la plupart des Parlements des plus grands pays industriels du monde interdisent l'exploration et l'exploitation de cette ressource à cause de ses dangereux impacts directs ou indirects sur tous les plans. Selon des sources très crédibles, il y a un accord pour mener prochainement des expériences en Algérie pour l'exploitation des gaz de schiste. Le comble est que ce sont des associations françaises de défense de l'environnement qui avaient exprimé leur crainte de voir l'Algérie transformée en laboratoire pour l'exploitation de gaz de schiste. Par ailleurs, le projet sur les hydrocarbures débattu par le Parlement considère cette nouvelle ressource comme une alternative pour le gaz naturel et le pétrole sans donner des garanties ou des éclaircissements sur ce sujet. Ainsi, des associations et des collectivités activant dans la protection de l'environnement s'inquiètent et se mobilisent pour interdire de faire passer cette loi tout en avançant des arguments scientifiques très solides se basant sur l'expérience américaine, française et belge. Leurs principales préoccupations sont les impacts environnementaux et sanitaires. La question de cette nouvelle ressource, devenue un enjeu politique, relève de la souveraineté nationale. Elle constitue un dossier sensible!
Les oasis perdent du terrain
Les responsables d'associations ont leur mot à dire sur le sujet à l'instar de Baali Salah, coordinateur national du Réseau associatif de développement durable des oasis (Raddo) regroupant des associations françaises actives au Maghreb pour la sauvegarde des oasis et pour la promotion du développement durable en milieu oasien. Il pose la question suivante: «Cette exploitation est-elle vraiment une nécessité à l'heure actuelle étant donné que nous avons une réserve de gaz naturel estimée à 4455 milliards de mètres cubes, soit
10% des réserves mondiales, une quantité suffisante pour des années et des années?» Il est donc temps d'ouvrir un sérieux débat dans lequel toutes les parties de la société doivent être impliquées. «Certainement, il va y avoir des impacts catastrophiques, notamment sur les oasis où se situe la nappe phréatique qui est une masse d'eau contenue dans les fissures du sous-sol», assure M.Baali. Il explique qu'on risque un terrible manque d'eau dans les régions où l'eau de surface est déjà rare. La technologie employée, à savoir la fraction hydraulique qui consiste en l'explosion de la roche à l'aide d'eau à très haute pression, de sable et de produits chimiques, nécessite de grandes quantités d'eau. C'est la condition pour extraire le gaz, soit entre 15 à 20 millions de litres d'eau pour chaque fracture! L'autre danger, selon le coordinateur national-Algérie du Raddo, réside dans le fait que l'eau mélangée à des substances chimiques sera libérée dans l'environnement et contaminera les nappes phréatiques superficielles, ce qui va générer des pollutions importantes d'eau potable. Une autodestruction massive, tout simplement. «Je pense que la nécessité actuelle est de développer un système de sécurité alimentaire local, au moins une partie», insiste-t-il. Et là, on se demande: «Est-ce qu'on a assez d'eau pour l'agriculture au point de l'exploiter dans le gaz de schiste?» De plus, les enjeux économiques, environnementaux et sociaux ne sont pas clairs pour le moment. La seule chose dont on est sûrs à présent est que les moyens à utiliser ne permettent pas une exploitation écologique de cette ressource et on n'a aucune garantie que la technologie de pointe à employer n'aura pas d'influences négatives sur l'être humain et son environnement. «Je vois qu'il est temps que tout le monde se pose des questions qu'il faut et amener des réponses qui tiendront compte de l'avenir. Le plus important est de ne pas être égoïste. On ne consomme pas pour détruire le patrimoine économique, écologique, culturel et social de l'humanité», estime-t-il. Et d'ajouter: «Nous essayons, de ce fait, de mener à travers des actions un travail de sensibilisation pour sauvegarder le système oasien, qui régresse déjà naturellement, en structurant la société civile oasienne pour mettre en place un plaidoyer collectif.» Il convient de rappeler, par ailleurs, que le Raddo a pu influencer en 2012 la convention des Nations unies de Rio +20 et introduire un article pour la protection des oasis.
La technologie n'est pas maîtrisée
Par ailleurs, M.Tabbouche Mohamed, président de l'association Bariq 21 qui s'occupe de la protection de l'environnement et cadre à Sonatrach, indique que l'Algérie a un grand potentiel de gaz de schiste. Toutefois, la procédure d'extraction est relativement maîtrisée aux Etats-Unis, pays pionnier de cette technique. «Le plus important pour le moment est d'acquérir d'abord cette technologie qui utilise des centaines de produits chimiques toxiques et cancérigènes. Nous ne sommes pas pressés pour exploiter cette ressource énergétique puisque nous avons l'énergie solaire et éolienne où nous sommes classés 2es au niveau mondial après l'Australie», souligne-t-il. Autrement, cette aventure aura des conséquences désastreuses sur l'environnement et l'économie du pays. Tabbouche s'appuie sur l'expérience américaine, première dans ce domaine, affirmant que cette ressource n'est pas assez rentable sur le plan économique par rapport au coût des techniques d'extraction et de transport et ceux de production qui sont généralement plus élevés que pour les gisements traditionnels. Elle présente également des risques majeurs pour l'environnement, l'impact sur le climat suite aux émissions de méthane échappant lors de l'extraction. Ce fait contribuera certainement au réchauffement climatique tant que l'effet de serre généré serait jusqu'à deux fois supérieur à celui de l'utilisation du charbon, notamment à cause des importantes fuites de méthane pendant l'exploitation. Bref, selon des experts, l'exploitation du gaz de schiste présente des risques élevés pour le système écologique (le sol, l'air, l'eau de surface et l'eau souterraine).
Un argument solide pour geler le projet d'exploitation du gaz de schiste en Algérie. Des études américaines ont prouvé récemment que les produits chimiques injectés sont cancérigènes. Un véritable risque pour toute personne passant à moins de 800 mètres des puits.
Le gaz de schiste, c'est quoi?
C'est un gaz formé dans le sous-sol au moment où le schiste, qui est une roche divisible en feuillets, se décompose. En fait, la vraie appellation est «gaz d'argile» puisque la roche se décomposant est de l'argile. Cette matière première bloquée dans des pierres est très dure et très recherchée par certaines entreprises comme Shell, BP et Total car cette ressource non conventionnelle a presque les mêmes caractéristiques que celles du gaz naturel et se trouve dans beaucoup de pays, notamment en Asie et en Amérique du Nord ce qui permet une indépendance énergétique pour beaucoup de pays. Pour l'exploiter, on utilise la technique de la fraction hydrique à l'aide du sable et des produits chimiques radioactifs. Cette technique a des conséquences environnementales et sanitaires très dangereuses comme c'est le cas aux Etats-Unis et au Canada qui l'ont exploitée déjà depuis 2000.

Source L’Expression Wafia Adouane

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires