Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 05:04

«Une autre période de chute des prix du baril n'est pas écartée.»

petrole et gaz

 

Les quantités de pétrole extraites du sous- sol en Algérie «ne sont remplacées qu'à hauteur de 20 à 30%», a affirmé hier, le conseiller du ministre de l'Energie et des Mines, Ali Hached, lors de son intervention au forum d'El Moudjahid. D'où la nécessité d'améliorer les performances dans le domaine de la prospection à travers les dispositions de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, a-t-il indiqué. Cette loi devrait pouvoir générer un peu plus d'avantages pour les investisseurs étrangers. L'exploration dans les hydrocarbures, aussi bien au sud du pays qu'au nord, ainsi qu'en offshore est un domaine très risqué, justifie-t-on. Toujours sur le même registre, il est établi qu'une autre période de chute des prix du baril n'est pas écartée. Les cours du brut se sont orientés à la hausse depuis le mois de juillet dernier, dépassant la barre des 115 dollars vers la mi-août. Cela s'est opéré essentiellement sous l'influence du regain de tensions géopolitiques au Moyen-Orient, et du recul de la production pétrolière de la mer du Nord. Toutefois, pour les mois qui viennent, il faut rester prudent, a noté, hier, le conseiller du Ministre de l'Energie et des Mines. Dans la mesure où «le surplus sur le marché a de fortes chances de perdurer, voire accentué par l'éventuel déversement sur le marché d'une partie des stocks stratégiques américains d'autant plus que les Etats-Unis sont en pleine période électorale, la déprime des cours peut reprendre de plus bel en chutant sous les 90 dollars», dira-t-il. A titre de rappel, les cours du brut ont marqué une tendance haussière quasi ininterrompue durant le 1er trimestre de l'année atteignant un pic de 128 dollars le baril durant le mois de mars dernier, en raison des facteurs géopolitiques qui ont accentué les craintes d'une perturbation des approvisionnement pétroliers, de la vague de froid qui a touché l'Europe et du reflux du dollar face à l'euro. Néanmoins, les cours ont nettement fléchi à partir du mois d'avril, chutant sous la barre des 90 dollars pour le Brent vers la fin juin, déprimés par l'actualité économique mondiale et l'abondance de l'offre pétrolière qui dépassait largement la demande. Globalement, le niveau des prix enregistré en moyenne sur l'année 2011 a permis à l'Algérie d'améliorer les recettes de ses exportations d'hydrocarbures qui ont atteint une valeur de 72 milliards de dollars contre 56 en 2010. le prix moyen réalisé au 1er trimestre 2012 est identique à celui de la même période en 2011, soit environ 114 dollars le baril. Le marché de gaz naturel, affiche de son côté une évolution contrastée entre les différentes régions, du monde. Cette disparité en termes de niveau de prix du gaz, persiste sur les marchés mondiaux. La demande soutenue du Japon, maintient la pression sur les prix du gaz en Asie, avoisinant des niveaux de 17 dollars /Mmbtu, alors que sur le marché européen ils oscille entre 8 et 13 dollars/Mmbtu tandis que le marché américain enregistre une moyenne d'environ 4 dollars/Mmbtu. Dans ce contexte, «la Sonatrach, a engagé des négociations avec des pays est asiatiques tel la Corée, le Pakistan et l'Inde en vue de contrats d'exportation des quantités du GNL produit par ses deux unités», a-t-il fait savoir. Sur le plan interne, il est relevé que la consommation de gaz naturel a atteint 29 milliards de m3 en 2011, en évolution d'un peu plus de 6% par rapport à 2010. La consommation de produits pétroliers quant à elle, s'est établie à 17 millions de tonnes en 2011 contre un peu plus de 16 millions de tonnes en 2010. S'agissant des projections, il est ainsi prévu un programme d'investissement de prés de 80 milliards de dollars sur la période 2012-2016. Il est également envisagé dans le cadre du doublement de capacité de raffinage, la construction de 3 raffineries sur les Hauts Plateaux, une au Sud et ultérieurement une autre sur la façade maritime. En résumé, l'Algérie qui importe du carburant en quantité importante actuellement, devrait disposer en 2014, selon lui, d'une capacité supplémentaire de traitement de brut de prés de 4 millions de tonnes par an. Concernant le secteur de l'électricité, on continue à réitérer qu'à l'origine du déficit flagrant en matière de couverture de la demande, qui n'était pas prévue d'ailleurs, il y a uniquement l'utilisation massive des équipements de climatisation enregistrant un taux de croissance de 14% durant les deux dernières années. Enfin, en plus des projets de réalisation de centrales électriques déjà décidés, il a été lancé à l'effet de sécuriser le système électrique, un plan d'urgence pour la période 2012-2017. Ce plan concerne pour le réseau interconnecté, une capacité à réaliser sur la période 2012-2017 de l'ordre de 12.000 MW.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires