Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 10:13

Algérie - En prévision du remaniement ministériel et des législatives de 2012, les partis politiques s’affolent

algerie - conseil des ministres

 

Si les ténors de la politique veulent élargir leur carré, les autres aspirent à casser le monopole et décrocher au moins un poste ministériel.

Les partis politiques gesticulent dans tous les sens. Le spectre de l’abstention recensée lors des législatives de 2007 les affole. Pour éviter un tel scénario, soldé par moins de 35% de participation, les partis affûtent leurs armes 24 mois avant le jour «J». Après avoir disparu de la circulation, ils prennent d’assaut le terrain. Qu’ils soient petits ou grands, partisans de la coalition ou de l’opposition, les partis réinvestissent la scène politique. Ils font feu de tout bois: meetings, réunions, séminaires et conférences de presse sont, d’ailleurs, au menu de ce week-end politique. Ces activités ne se limitent pas uniquement à la capitale.
Les partis élargissent leur champ de bataille à l’échelle nationale pour mieux convaincre. Le Parti des travailleurs était hier en force à Ghardaïa. La secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune s’est déplacée dans la capitale du M’zab où elle a animé un meeting populaire. Le parti AHD 54 est également sorti sur le terrain. Son président Fawzi Rebaïne a choisi la wilaya de Saïda. Le Front national algérien (FNA) n’est pas en reste. Le parti de Moussa Touati a sacrifié le week-end pour mettre de l’ordre dans sa maison. Il a tenu la 5e session ordinaire du conseil national à Tipasa pour la restructuration de son parti. «Nous abordons le travail dans la sérénité puisque le parti a réussi son opération de restructuration de ses instances de base et qu’il faut maintenant aller de l’avant en passant de l’action politique à l’activité partisane»,a-t-il affirmé lors de l’ouverture des travaux. Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) fait son entrée en force. Il a multiplié ses sorties médiatiques en organisant trois événements consécutifs. Vendredi, il a tenu un séminaire à El Kala (El Tarf), consacré à l’enseignement et au système éducatif auquel a assisté son président Bouguerra Soltani. Le FLN, de son côté, ne se contente pas uniquement du week-end pour s’afficher. Le secrétaire général. Abdelaziz Belkhadem se consacre davantage à son parti et ses militants. Il a organisé deux rencontres régionales et plusieurs réunions au niveau de la capitale. Son allié, le RND, en fait de même. Par le biais de son porte- parole, Miloud Chorfi, M.Ouyahia tente d’injecter du sang neuf dans son parti. Une série de régionales sont tenues chaque semaine. Pourquoi les partis s’investissent-ils à fond et maintenant? A première vue, aucun événement phare ne l’impose. Ces sorties ne sont même pas axées sur l’actualité et le quotidien du citoyen marqué par une ébullition du front social. Cette valse obéit à des calculs et des enjeux purement politiques.
A l’instar de l’échéance de 2012, le remaniement ministériel attendu prochainement fait courir les partis. L’enjeu en vaut bien la chandelle! En prévision de cette échéance, les partis politiques tentent au mieux de se repositionner sur l’échiquier politique. Avec le changement du gouvernement qui ne saurait tarder, les partis s’affolent et s’agitent.
En effet, le FLN, le RND et le MSP veulent élargir leur carré au sein du gouvernement. Le patron du MSP, qui avait démissionné du gouvernement, veut carrément les rênes de l’Exécutif, chasse gardée du FLN et du RND. Les petits partis, quant à eux, veulent à tout prix casser le monopole et décrocher un poste ministériel. Ainsi, à travers leurs activités, les partis font d’une pierre deux coups. Tout en se préparant pour la bataille des législatives 2012, ils ratissent large pour s’imposer comme acteurs importants sur la scène politique nationale.

Source L’Expression Nadia Benakli

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
<br /> <br /> Notre quotidien nous apprend, que tous les politiques sont semblables : pouqu'elles raisons en<br /> dérogeraient-ils ? GENEVIEVE -<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Ah il faut préparer les promesses de la prochaine campagne<br /> <br /> <br /> ...Après....De ce fait il y a de moins en moins de votants<br /> <br /> <br /> Bonne journée<br /> <br /> <br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />