Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 07:04

Quand le «complot» obsède des responsables

ouyahia-copie-2

Des responsables politiques voient la manipulation partout. Les réformes en cours, les prochaines échéances électorales et l'ébullition du front social semblent mettre la classe politique et le monde syndical sur le qui-vive.

Depuis quelques jours, les mots "complot", "manipulation" et "coups" sont récurrents, parfois exagérés mais souvent assenés sans la moindre explication, ni argument. A tel point, que l'on craint que la conjoncture politique actuelle et le développement qui intervient de par le monde ne soient instrumentalisés dans le seul objectif de nuire à des concurrents ou d'opérer des règlements de compte. Ou, à moindre raison, avancé comme alibi pour justifier des situations d'échec. En fait, avant-hier, le secrétaire général de l'Union générale des travailleurs algériens a évoqué "des manipulations politiques ciblant l'espace social". Abdelmadjid Sidi Saïd, a rapporté la presse, a aussi ajouté lors du rassemblement des travailleurs de la zone industrielle de Rouiba qu'il "se peut qu'il y ait une manipulation tramée sciemment au sein des espaces syndicaux en faveur d'intérêts politiques". Une déclaration certes lourde de sens, mais que le patron de la Centrale syndicale tempère en pointant du doigt "les responsables des SGP". Seulement que le degré de nuisance des directeurs des SGP ne pourrait pas être aussi important, sachant que ces entités sont rattachées au gouvernement central. Ce qui donne à croire que Sidi Saïd exagère en parlant de manipulation, ou du moins, omet de dire toute la vérité quant à ses appréhensions. Autre complot qui donne à réfléchir était celui évoqué, il y a quelques jours, par les redresseurs du Front national Algérien (FNA). Ces derniers ont accusé le président du parti de composer avec des cercles étrangers pour former un  Conseil national de transition (CNT). Une accusation dangereuse à laquelle les détracteurs de Moussa Touati n'ont apporté la moindre preuve. Ce qui laisse croire que ces militants du FNA n'hésitent pas à recourir aux déclarations les plus compromettantes pour discréditer leur chef "indésirable". Tout compte fait, lui reprocher de fomenter un complot contre le pays sera le meilleur moyen de lui retirer le tapis sous les pieds. Louisa Hanoune a, elle aussi, mis en avant la carte de la manipulation pour dissuader les islamistes. En fait, il y a quelques jours, la secrétaire générale du Parti des travailleurs a tiré à boulets rouges sur Abdellah Djaballah à qui elle a reproché de vouloir composer avec les Etats-Unis d' Amérique. La patronne du PT a affirmé que ce leader islamiste s'est rendu à l'ambassade américaine à Alger pour "proposer ses services".  Une accusation des plus graves et ce, compte tenu des griefs retenus contre les mouvements islamistes dans le monde arabe, que l'on soupçonnait de défendre les intérêts de certaines puissances occidentales, notamment le pays de l'Oncle Sam. Une position justifiée, en premier, lieu par la volonté d'avoir le soutien et les appuis des Etats-Unis. Par ailleurs, force est de souligner que les déclarations tenues par les uns et les autres ne sont pas toujours infondées, ni véridiques, mais renseignent sur une conjoncture aux grands enjeux politiques où tous les moyens sont bons pour se propulser au devant de la scène et se mettre sous les feux de la rampe.           

Source Les Débats Aomar Fekrache

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires