Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 10:30

La crise des liquidités refait surface

dinar-d-valu-.jpg

Le problème des liquidités, souvent invoqué par Algérie Poste, refait une énième fois surface et pénalise les usagers qui sont pris en otages. Depuis ce samedi, les titulaires de comptes CCP sont dans l’incapacité de disposer de la totalité de leur argent, du fait que les retraits ont été plafonnés à 40 000 DA pour une semaine. Ceci alors que la réglementation en vigueur autorise plutôt un seuil maximum de 200 000 dinars.
Selon la réglementation en vigueur, seuls les titulaires de comptes CCP souhaitant effectuer un retrait de plus de 200 000 dinars sont tenus de demander une autorisation préalable. La réglementation, donc, ne limite pas les usagers pour les sommes inférieures à 200 000 DA. Toutefois, les personnes disposant d’un compte CCP ont eu la désagréable surprise ce samedi de se voir répondre par les préposés aux guichets qu’ils ne pouvaient retirer plus de 40 000 DA par opération. Cette situation s’est répétée dans la plupart des bureaux de poste de la capitale entre autres, provoquant une vague de colère chez les usagers qui voulaient disposer de la totalité de leurs salaires. Contrariés, les utilisateurs de comptes CCP ont tenté en vain de se faire entendre par des employés qui se sont contentés de révéler que «les ordres venaient des responsables». «Je voulais retirer tout mon salaire, j’avais besoin de toute la somme et je me suis vu répondre que je ne pouvais y accéder, c’est une aberration que de prendre de cette façon les usagers en otages, alors qu’il s’agit de notre propre argent», s’indigne un client d’Algérie Poste. Et il n’est pas le seul, une véritable cacophonie régnait dans les bureaux de poste où les usagers ont exprimé leur indignation. «Cette mesure a été prise pour permettre à tout le monde de retirer un minimum et Algérie Poste a pris soin de communiquer et d’expliquer cette situation exceptionnelle aux usagers. Toutefois, il est nécessaire et important de recourir au système de payement électronique, c’est cela la solution à terme», a expliqué Meziane Zohir chargé de la communication au ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication. Pour sa part, Algérie Poste a émis un communiqué précisant que «compte tenu des dérèglements du calendrier des virements des salaires induits par la période de l’Aid El Adha, nous enregistrons, pour la semaine du 20 au 27 novembre 2011, un nombre exceptionnel de virements de salaires.» La question de la gestion des liquidités par Algérie Poste devient, toutefois, récurrente, d’où l’urgence d’une gestion plus harmonieuse et équitable sur le territoire national, comme le réclament les détenteurs de comptes CCP. Le problème de disponibilité des liquidités est, par ailleurs, imputé à la Banque d’Algérie pourvoyeuse de billets. Cette situation pénalise en premier lieu l’usager qui se retrouve ainsi pieds et poings liés. Algérie Poste se défend ainsi, en invoquant le fait que les restrictions dans les retraits ne sont effectuées que dans certaines périodes «de crises exceptionnelles ». Elle rassure, toutefois, que «tout client se trouvant dans un besoin pressant et indispensable peut solliciter auprès du chef d'établissement la délivrance d'un chèque certifié jusqu'à concurrence de son avoir au profit du bénéficiaire. » L’autre «argument» d’Algérie Poste est aussi les récentes augmentations des salaires que l’entreprise n’arrive apparemment pas à suivre.

Source Le Soir d’Algérie F. Zohra B

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires