Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 11:02

Après le scandale de Sonatrach, le président Bouteflika décidé à s’attaquer frontalement à la corruption

corruption-algerie.jpg

 

Régulièrement agité par des affaires de corruption et de détournements de fonds, le pays gagnerait à faire le ménage. Cette fois-ci, le chef de l’Etat a décidé d’aller lui-même au charbon. La corruption est un danger pour l’économie et une menace pour les valeurs de la société

Encore nouvelle, la lutte contre la corruption en Algérie est très ardue. La corruption s’est durablement installée en Algérie et prend une dimension de plus en plus inquiétante. Elle ne s’est vraiment amorcée que dans les années 1990, la corruption étant, elle, aussi vieille que les gouvernements. De nos jours, la corruption sévit dans le milieu des affaires, la vie politique, la bureaucratie et le secteur des finances. Outre qu’ils sont durables, ces «réseaux» savent s’adapter, ce qui complique énormément la tâche des gouvernements décidés à leur faire la guerre. Depuis quelques années, le phénomène a pris une telle ampleur que toutes les mesures décidées par les pouvoirs publics n’ont pas réussi à la stopper ou à l’atténuer. Le nombre de scandales atteint un tel degré que le chef de l’Etat a cru bon d’appeler à la rescousse la presse nationale. Il faut aussi dire que les instruments de contrôle et de suivi mis en place depuis quelques années ont été inefficaces face au nombre ahurissant d’affaires de corruption étalées chaque jour dans la presse nationale. Les plus célèbres cas qui ont défrayé la chronique judiciaire et médiatique en Algérie sont les affaires Khalifa Bank, BCIA, BRC et récemment encore l’affaire Sonatrach qui a terni un peu plus l’image de l’Algérie. Aujourd’hui, le président Bouteflika et son gouvernement sont décidés plus que jamais à s’attaquer frontalement à la corruption et aux contrats étrangers. Et celle-ci est omniprésente dans le domaine des hydrocarbures, dans l’administration des deniers publics et dans la gestion des patrimoines publics fonciers et immobiliers. De gigantesques contrats, en lots uniques, d’infrastructures ont permis la collecte de dessous-de-table tout aussi gigantesques. La décision prise par le président Bouteflika, relative à l’ordonnance portant création d’un office central de répression de la corruption, ce fléau qui ronge l’économie du pays ne devrait pas subir le même sort que l’ordonnance relative à la création de l’Observatoire national de lutte contre la corruption, promulguée en 2006 mais jamais concrétisée, et ce malgré l’annonce par le Premier ministre que cette instance devait être créée avant mars 2010. En 2009, le président Bouteflika avait annoncé, dans un discours prononcé à la Cour suprême, la création prochaine d’une commission nationale ad hoc contre la corruption. Il avait déclaré à juste titre que la justice et les lois de la République «seront appliquées à toute personne rendue coupable de faits de corruption». Ces déclarations sont intervenues dans un contexte marqué par l’éclatement de plusieurs affaires de corruption, impliquant de hauts cadres de l’Etat, des gestionnaires et des individus. Ces affaires concernaient notamment les secteurs des Travaux publics, du Transport, de la Pêche et des Ressources halieutiques, de l’Agriculture, et Sonatrach, un des fleurons de l’industrie nationale. Ces nouvelles entités juridiques ont été créées pour lutter efficacement contre toute forme d’enrichissement illicite et prémunir le pays de toute tentation de corruption.

 Source Le Jeune Indépendant Mahmoud Tadjer

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires