Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 16:42

Algérie - Lancement des projets de réalisation de six centrales Sonelgaz

gaz-algerien.jpg

Dans la foulée de sa politique d’en finir avec les carences en électricité, Sonelgaz lancera à partir du 1er trimestre 2011, six grands projets de réalisation de six nouvelles centrales électriques d’une capacité globale de 2 600MW.

Dans la foulée de sa politique d’en finir avec les carences en électricité, Sonelgaz lancera à partir du 1er trimestre 2011, six grands projets de réalisation de six nouvelles centrales électriques d’une capacité globale de 2 600MW.

La crème des majors mondiaux de l’électricité joue des coudes.

Il s’agit surtout de Cegelec (France) et General Electric, talonnés par Alstom, Siemens et derrière l’italien Ansaldo qui s’accroche coûte que coûte au peloton. Le programme 2011 de Sonelgaz porte sur l’installation de six nouvelles unités à Misserghine (Oran), Aïn Djasser (Sétif), Fkirina, Jijel, Cap Djinet et El Oued.

Si la bataille fait rage sur le pont de ces projets entre les protagonistes étrangers, la grande partie des études et du génie civil devra être réalisée par des entreprises nationales. Une condition du cahier de charges qui va dans la cohorte de la politique gouvernementale qui veut faire bénéficier les opérateurs locaux (publics et privés) dans les projets du quinquennal 2010/14.

Pour rappel, le projet de construction de la première ferme éolienne à Adrar a été « provisoirement » confié, le 13 décembre dernier, à Cegelec, à l’issue d’une séance publique consacrée à l’ouverture des offres commerciales relatives à l’appel d’offres international portant sur ce projet. D’après un responsable algérien, Cegelec a compris les nouvelles donnes économiques algériennes et, désormais, le français est en train de peaufiner ses dossiers en vue des prochains appels d’offres de Sonelgaz qui seront nombreux. En effet, d’ici à 2019,

Sonelgaz compte investir 3.000 milliards de dinars, soit 28,5 milliards d’euros, dont près de la moitié -1.200 milliards de DA – seront alloués pour des projets inscrits vers 2015-2016. A contrario, les finances de Sonelgaz sont loin d’être au beau fixe, plombées par une dette de 300 milliards de DA (2,9 milliards d’euros) environ et 1,5 milliard de DA (14,3 millions d’euros) d’intérêts bancaires annuels, dus aux créances non recouvrées – près de 341 millions d’euros en 2008, soit 24 % de son chiffre d’affaires. Avec ces projets d’investissements, Sonelgaz compte aller vers l’exportation et aplanir de la sorte ses déficits.

Les six nouvelles centrales produiront 2.600 mégawatts

Après la concrétisation du plan d’urgence des 2.000 mégawatts produits par sept centrales électriques, mises récemment en service à travers le territoire national, les six nouvelles centrales produiront 2.600 MG pour mettre une fois pour toute à l’aise Sonelgaz, au moins, durant la prochaine décennie.

Pour rappel, le plan dit des 2.000 MW dénombre sept centrales électriques de type turbines à gaz pour un coût d’investissement de près de 2 milliards de dollars. Il s’agit des centrales de Batna, Relizane, Larbaa, Alger-Port, Oran-Est, Annaba et M’sila. La centrale d’Oran-Est, d’une capacité de 80 MW a été mise en service en mars 2008, rappelle-t-on.

Les centrales turbines à gaz du plan 2.000 MW, récemment mises en service et la méga-centrale de Hadjret Nouss (1.200 MW), ont permis de renforcer les capacités de production du pays de près de 2.726 MW. Ces capacités permettent déjà d’exporter 100 à 200 MW vers le Maroc. Pour les perspectives, Sonelgaz annonce un programme sur cinq années destiné à augmenter les capacités de production de l’énergie électrique. Le coût de ce projet est estimé à 3.000 milliards de dinars et dont près de la moitié, soit 1.200 milliards de dinars seront consommés d’ici 2015.

Source Le Financier

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires