Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 07:08

Promenade, glaces et détente… au boulevard du Front de mer : Les plaisirs des belles nuits d’Oran

oran_nuit.jpg

Pour le plaisir des yeux et pour la détente, il n’y a pas mieux qu’une promenade, le long du boulevard du Front de mer d’Oran pour se requinquer. Tout simplement féerique !

Tard le soir et après un bain revigorant, les Oranais éprouvent un plaisir sans cesse renouvelé à arpenter le boulevard du Front de mer qui surplombe avec majesté la Méditerranée et le fameux théâtre de verdure Hasni-Chekroune. Une promenade langoureuse sur ce promontoire long de plus d’un kilomètre, planté de séculaires palmiers, laisse des souvenirs mémorables. Une rencontre heureuse est toujours possible ici, favorisée par le cadre idéal et accueillant qui se prête à merveille à la convivialité et aux relations humaines. Après la chaleur de la journée, la fraîcheur qui baigne cet endroit, ajoutée aux douceurs qu'offrent les fameux glaciers qui y ont pignon sur rue, décompressent largement après une journée de labeur, pour ceux qui ne partent pas en vacances. En famille ou en couple, Oranais ou visiteurs n'arrêtent pas d'arpenter le boulevard du Front de mer qui ajoute énormément à la beauté d'El Bahia.
De l'avis d'un promeneur, les terrasses animées du Front de mer n'ont pas leur pareil pas même du côté de la rive sud de la Méditerranée. Une douce sensation envahi le promeneur qu'El Bahia a renoué agréablement avec la fête et les réjouissances. Régulièrement, vers 21 heures, les premières vagues humaines s'installent sur les terrasses pour se désaltérer et au prix fort, bien sûr, "mais qui n'a pas ses petits soucis ? ", comme dit le chanteur. Depuis le début de l'été, la flânerie est devenue encore plus tentante, sécurisée à souhait, l’on se sent plus confiant dans la capitale de l’ouest. Des policiers en civil et en tenue quadrillent, en effet, les principales artères du centre-ville et notamment le boulevard du Front de mer. Les promeneurs sont, de ce fait, assurés de pouvoir veiller jusqu'à une heure avancée en toute quiétude. Et après une nuit de sommeil réparatrice, ils pourront repartir, le lendemain, derechef, à l'assaut de la Grande Bleue. Les plages oranaises sont parées pour ça

Source Le Quotidien d’Oran Amar Abbas.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires