Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 08:15

La tripartite pour la fin de janvier ?

La-tripartite-2011.jpg

 

Les trois groupes de travail mixtes devraient finaliser leurs travaux ces jours-ci. Leurs conclusion seront soumises à la prochaine réunion préparatoire prévue la semaine prochaine pour adoption définitive. Le patronat est sur le pied de guerre et attend des signes du gouvernement pour la réduction des charges fiscales et patronales.

Cinq dossiers seront soumis aux trois partenaires lors de la prochaine tripartite qui devrait avoir lieu à la fin de ce mois ou au début du mois de février prochain, a indiqué hier une source très proche du dossier. Les principaux animateurs de la prochaine tripartite (gouvernement-UGTA et patronat public et privé) sont sur le point d'arrêter définitivement une date pour la tenue de cette importante rencontre. Selon diverses sources, la tripartite aura lieu avant la fin du mois de janvier ou, au plus tard, au début du mois de février prochain si d'ici là aucun "couac" ne vient perturber le bon déroulement des travaux des trois groupes de travail mis en place pour plancher sur diverses questions. En effet, réunis depuis plusieurs jours, les trois groupes de travail sont à deux doigts de finaliser leurs travaux. Ils auront à plancher sur les dossiers qui seront soumis à la prochaine tripartite dont celui lié au renouvellement du pacte national économique et social (PNES) - signé en 2006 mais qui est arrivé à son terme -, celui de la fin de la retraite anticipée et du relèvement de l'âge du départ à la retraite à 60 ans, des allocations familiales, du projet de nouveau code du travail et enfin de la question des mutuelles sociales. L’amélioration du pouvoir d’achat, inscrite comme objectif n°12 du pacte social, sera également débattue lors de la prochaine rencontre entre le Premier ministre, le secrétaire général de l’UGTA et les présidents des organisations patronales. La prochaine tripartite devrait sérieusement se pencher sur la question de la hausse successive de certains produits de base que l’Etat continue de subventionner.

En contrepartie, le gouvernement, qui espère arracher de l’UGTA, lors de cette rencontre triangulaire, une promesse de «gel des salaires» pour au moins les trois ans à venir, ne verrait pas d’inconvénient à ce que cet accord soit couplé d’une promesse ferme de «réajuster équitablement tous les salaires», une fois que le gouvernement aura achevé le IIe plan de relance et de soutien à la croissance économique. Ce pacte devrait, selon des sources proches du Premier ministère, baliser le terrain pour la réussite du IIIe plan de relance économique doté de 286 milliards de dollars qui s’étalera jusqu’en 2014.

De leur côté, les responsables du patronat (FCE, CNPA, CGEA, CIPA et Seve) attendent un autre geste de la part du gouvernement pour alléger davantage les taxes et autres charges patronales qui grèvent encore la trésorerie de nombreuses entreprises publiques ou privées.

Le second point qui sera débattu lors de cette rencontre concerne la suppression définitive de la retraite anticipée et le relèvement de l’âge du départ à la retraite, dorénavant fixé à 60 ans, une mesure applicable dès cette année 2011. Le troisième volet des négociations entre les trois acteurs sociaux portera sur l’élargissement des prérogatives des mutuelles qui seront à l’avenir chargées de venir en aide aux faibles pensions de retraite à travers un versement d’un complément à hauteur de 20 %.

Le quatrième point tournera autour du maintien du versement par l’Etat des allocations familiales, et ce, jusqu’à la fin de l’année 2011, en attendant que les entreprises soient en mesure de prendre le relais.

Les allocations familiales devraient revenir, graduellement, à la charge des entreprises.

Le dernier point concerne le projet de code du travail qui «est fin prêt», selon notre source, qui estime en outre que les trois partenaires ne devraient éprouver aucune difficulté à l’adopter lors de cette rencontre tant un large consensus s’est dégagé autour des travaux en groupe. Les travailleurs sont unanimes à dénoncer l’article 87-bis du code du travail qui a pénalisé nombre de travailleurs du secteur économique : «cet article sera revu lors du futur code du travail et on s’achemine vers l’abrogation de cet article», a-t-on encore indiqué.

En Algérie, le SNMG n’est pas considéré comme salaire de base d’où cette cacophonie qui domine le monde du travail. Ceux qui touchent par exemple plus de 15 000 DA en y incluant les diverses primes ne sont pas concernés par l’augmentation du SNMG, d’où cette revendication des travailleurs du secteur économique.

Enfin, une réunion se tiendra au début du mois prochain et sera consacrée, ajoute-t-on, à l’évaluation des différentes conventions de branches et aux régimes indemnitaires finalisés dans le secteur économique et dans la Fonction publique.

Source Le Jeune Indépendant Mahmoud Tadjer

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires