Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 08:01

L’Etat casse sa tirelire

faux dinars-copie-1

 

Le ministre des Finances a assuré que les banques seront impliquées dans le financement des dispositifs de soutien aux jeunes.

Les dernières mesures coûtent cher à l’Etat. L’estimation financière avoisine les 180 milliards de dinars. C’est ce qu’a déclaré le ministre des Finances, Karim Djoudi, en marge de la cérémonie d’ouverture de la session parlementaire de printemps, hier à l’APN. Interrogé sur l’impact financier des dernières mesures, Djoudi a donné une estimation préliminaire. «Nous sommes autour de 180 milliards de dinars», a-t-il avancé en précisant que le montant dépendra du nombre des bénéficiaires des opérations. D’où proviendra cet argent? Le ministre explique que ce budget sera inscrit à l’indicatif des secteurs concernés, entre autres, l’emploi et la solidarité. «Dans le cadre des dispositifs d’emploi et de solidarité, nous inscrivons, à peu près, 80 milliards de dinars par an», a-t-il noté. Des rallonges budgétaires ne seront pas exclues. L’Etat ne lésinera pas sur les moyens pour accompagner les jeunes. «Nous aurons à faire des compléments au fur et à mesure des besoins dans le cadre de la loi de finances complémentaire», a affirmé Djoudi. Il a rappelé dans ce sens, que l’Etat consacre annuellement en termes de transferts sociaux, 1200 milliards de dinars par an. Il faut reconnaître que l’Etat a sérieusement mis le paquet pour répondre aux aspirations des jeunes: augmentation des montants des crédits, bonification des taux d’intérêts et abattement des charges de la Sécurité sociale pour les entreprises sont autant de mesures visant à faciliter la création d’emplois. Une ligne de crédit de 100 milliards de dollars sera mise à la disposition des banques publiques afin de leur permettre «de financer les projets à maturité longue». Les banques vont-elles jouer le jeu? le grand argentier du pays ne doute pas de la flexibilité des banques. Il a assuré qu’elles seront plus impliquées dans le financement des dispositifs de soutien aux jeunes à la faveur de la dernière mesure du Conseil des ministres. Les banques ont été instruites de financer les projets validés par des délégations régionales sous l’autorité des walis. «Les banques, dont les autorisations de financement de ces dispositifs ont été multipliées par trois et les crédits par deux fois et demi entre 2008 et 2010, seront donc de plus en plus engagées dans le financement des petits projets créateurs d’emplois», a précisé M.Djoudi. Selon lui, les financements bancaires des programmes de soutien à l’emploi sont actuellement de l’ordre de 260 milliards de DA et portent sur 300.000 dossiers. Le ministre est revenu sur les dernières mesures destinées aux jeunes pour simplifier le message. Il a rappelé le renforcement des Fonds de garantie dont les capitaux ont été doublés, passant à 41 milliards de DA, la facilitation de l’octroi des locaux aux jeunes, outre des avantages fiscaux pour cette catégorie sociale. L’Etat est-il en mesure de supporter ces charges? M.Djoudi assure que ce problème ne se pose pas. Le plus important, explique-t-il, est d’arriver à la création d’emplois et à diversifier les richesses. Evoquant, par ailleurs, la suspension de l’utilisation des factures et des chèques pour les montants dépassant 500.000 DA, M.Djoudi a souligné que «le président de la République a souhaité qu’il y ait une meilleure compréhension et une prise de conscience de l’utilité des instruments de paiement au profit de ceux qui vont les utiliser».

L’ensemble de ces mesures visent un seul objectif: calmer le front social. Pour cette année, les revenus tirés de l’exportation des hydrocarbures permettent au gouvernement d’Ouyahia de dégager 1200 milliards de dinars en tant que transferts sociaux. Ces transferts sont l’équivalent de 15 milliards de dollars dans la loi de finances 2011. D’autres décisions sont prises. L’initiative du ministère du Commerce de plafonner les prix du sucre et de l’huile jusqu’à août prochain entrent dans le même cadre. Des cadres du ministère des Finances affirment qu’il est possible que ces solutions pour réduire les prix soient établées sur une autre période au-delà du Ramadhan prochain. Le directeur général des impôts, Abderrahmane Raouïa, a souligné, il y a quelques semaines, que même la réduction des taxes douanières pour l’importation du sucre visent le même but, apaiser le front social.

Source L’Expression Nadia Benakli

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires