Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 21:23

Algérie: Pourquoi Bouteflika a déjà gagné

bouteflika-de-nouveau-hospitalise-en-france

 

La campagne officielle pour l'élection présidentielle s'est ouverte en Algérie. Mais Abdelaziz Bouteflika, qui se représente pour un quatrième mandat malgré son état de santé, a déjà "gagné", explique Luis Martinez, directeur de recherche au Ceri-Sciences-Po, spécialiste de l'Algérie.

Pour quelles raisons Abdelaziz Bouteflika souhaite-t-il exercer un quatrième mandat, malgré son état de santé ?

Bouteflika veut mourir en fonction et s'inscrire dans la lignée de Houari Boumediene, et non pas dans celle de Ahmed Ben Bella, qui fut destitué par ce dernier et dut partir en exil. On est dans l'égo d'un président qui souhaite bénéficier d'un hommage à la hauteur de ce qu'il croit avoir apporté à l'Algérie. Cette explication surprenante avait circulé lors de la campagne précédente, elle est aujourd'hui explicite. Cela remonte à la mort de Boumediene, dont il était le numéro 2: l'armée lui avait alors préféré Chadli Bendjedid, l'officier le plus âgé. Bouteflika n'a jamais pardonné à l'établissement militaire cet affront.

Pourquoi dit-on qu'il a déjà gagné ?

Il a déjà gagné parce que les principaux groupes d'intérêts qui structurent le système politique algérien ont publiquement annoncé leur choix en sa faveur: l'armée, le FLN, l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), la société gazière et pétrolière Sonatrach, les administrations... Pour ces groupes d'intérêts, qui ont une perception de l'Algérie assez proche de la sienne, Bouteflika est un président tampon qui permet de maintenir l'équilibre en donnant à chacun ce dont il a besoin. Les militaires ont besoin d'argent ? L'Algérie est dans le top 20 des pays qui consacrent le plus de moyens à la défense. La Sonatrach ne veut pas être privatisée ? Elle reste publique. Les syndicats ont des revendications ? On augmente les salaires...

Cela représente 4 à 5 millions d'électeurs actifs qui trouvent ce système tout à fait acceptable, intéressant, voire lucratif. Sans compter ceux qui en profitent indirectement : ces dernières années, les différents gouvernements ont versé plus 60 milliards de dollars en dépenses sociales diverses, des cadeaux afin d'acheter la paix. Tous ces groupes partagent l'idée que ce n'est pas le moment de penser le changement, à la mode tunisienne ou égyptienne.

Pour le pouvoir en place, la stabilité est le seul argument de campagne...

C'est le seul qui permet d'obtenir un brin de légitimité. Le pacte électoral que propose Bouteflika offre la garantie que le pays ne sera ni la Syrie ni la Libye ni l'Egypte. Son programme se résume à cet unique message : l'Algérie ne veut pas devenir la Tunisie parce qu'elle a sa propre histoire ; en revanche, le pays peut connaître une situation à la syrienne, à l'irakienne ou à la libyenne, il en a déjà fait l'expérience, donc je propose la stabilité. C'est assez incroyable parce que cela ressemble, à un niveau différent, à ce qu'offre le Maroc. On assiste à un phénomène de quasi dressage des citoyens, auxquels le régime donne un tout petit peu de liberté avec l'espoir que le peu qui est accordé ne soit pas utilisé contre les groupes d'intérêts, mais pour élargir sa base sociale.

Ce système n'offre guère de perspective de développement...

L'Algérie peut se permettre une telle lenteur économique, voire une telle paralysie politique, parce qu'elle dispose de revenus pétroliers et gaziers importants : ses exportations rapportent 50 milliards de dollars par an. Par ailleurs, le pays possède 200 milliards de dollars en réserve. Même en cas de retournement du marché pétrolier, Alger pourrait maintenir le niveau actuel des importations et les charges de l'Etat pendant au moins cinq ans. On le souligne rarement : le régime peut se maintenir ainsi grâce à un prix élevé du baril de pétrole - autour de 100 dollars. Aucun des prédécesseurs de Bouteflika n'a bénéficié d'une situation comparable. Beaucoup, en Algérie, soulignent que cette manne pourrait servir à développer des infrastructures, à investir dans l'éducation, à développer des secteurs nouveaux et créateurs d'emploi et de richesse. Son principal opposant, Ali Benflis, propose un programme plus libéral, en espérant développer des secteurs économiques alternatifs. Mais les groupes d'intérêts ne le soutiennent pas.

Tout changement est-il donc impossible ?

Non, on l'a vu en 1988, lorsque le FLN s'est effondré. On pensait cela impossible comme on le pensait de l'URSS ! En Algérie, l'armée est l'acteur principal de l'appareil d'Etat. Sans elle, il est extrêmement difficile de penser le changement. Si elle devait considérer, demain, que la cohésion nationale est mise en danger par la présidence de Bouteflika, elle ne prendra pas trop de gant pour stopper cette évolution, en acceptant un coup d'Etat institutionnel. La seule fois où elle a échoué à maintenir la cohésion, elle a eu une guerre civile, où elle était en première ligne. Elle ne veut plus jamais revivre cela.

Comment comprendre les luttes d'influence de ces derniers mois entre l'état-major et le Département du renseignement et de la sécurité (DRS) ?

Le DRS est un groupe d'intérêts puissant, au même titre que l'armée. Aucun d'eux n'a remis en question le processus de sélection du président, mais la personne de Bouteflika fait l'objet d'une interrogation depuis qu'il n'est plus en mesure d'assumer sa charge. Car son incapacité a laissé la place à son entourage, lequel utilise le pouvoir du président à des fins que chacun redoute. Les attaques ont commencé quand Bouteflika était à l'hôpital à Paris, l'an dernier. Certains de ses proches ont eu peur, d'autres sont partis aux Etats-Unis, comme le directeur de la Sonatrach et ancien ministre de l'énergie. Mais voilà, le fait que Bouteflika revienne a déstabilisé ceux qui le croyaient hors-jeu. Depuis, les uns suspectent les autres d'avoir des agendas cachés, notamment si le président devait décéder dans un ou deux ans.

Les électeurs se mobiliseront-ils ?

Une forte abstention est à prévoir. Si l'on se base sur un taux de participation de 40 à 50% (il était de 35% la fois précédente), la mobilisation de 4 à 5 millions de partisans suffit largement à Bouteflika pour l'emporter haut la main. Si, par extraordinaire, 15 millions d'électeurs se ruaient aux urnes, plus personne ne pourrait faire de pronostic. Ce serait la meilleure réponse des Algériens et Algériennes à une telle construction politique. Mais on s'oriente plutôt vers le boycott et la résignation.

Luis Martinez organise, le 11 avril, un colloque dont le thème porte sur les enjeux nationaux et régionaux de l'élection présidentielle en Algérie. Plus d'informations sur le site du Ceri-Sciences Po.

Source L'Express

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires