Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 09:58

La misère des « Pauvres » dans les rues d’Alger

mendicite

 

Une simple virée de nuit dans les rues d'Alger vous renseignera sur beaucoup de choses. Toute une communauté d’Algériens passe la nuit au quotidien dans des conditions déplorables. Cette frange de la société est communément appelée les sans domicile fixe ou SDF. Il s'agit de personnes vivant dans la rue, qui n'ont ni toit ni source de revenu assurant leur subsistance et celle de leurs enfants. Des familles entières passent les nuits glaciales de l'hiver à la belle étoile. Il est incorrect de penser que ces gens-là sont des aliénés mentaux, des personnes sans aucune volonté de s'en sortir, ou qu'ils ont tout simplement mérité leur sort. En réalité, nul n’est à l’abri des aléas de la vie, et toute personne est susceptible de se retrouver dans cette situation embarrassante, sans toit et dans le dénuement le plus total. Parmi les personnes qui mènent cette vie de «clochard», il y a celles qui ont occupé des postes très respectés et utiles à la société. On peut trouver des médecins, des enseignants, des ingénieurs et même des cadres de la nation. La sécurité de l'emploi, le problème du logement, l'absence d'un véritable système et autres problèmes personnels rendent vulnérable leur situation. Rien de plus intéressant  qu'un fait concret pour illustrer cette problématique.

Un homme d'un certain âge a été présenté devant le procureur de la République de Bir Mourad Raïs, un père de famille accusé de vol à l'arraché sur la voie publique. Le mis en cause a tout simplement volé un téléphone portable à sa victime avant d’être rattrapé et arrêté par un groupe de policiers en civil. Jusque-là l'histoire est un fait divers banal comme on en voit tous les jours. Mais il y a lieu de signaler que le mis en cause dans cette affaire n'est autre qu'un travailleur d'une entreprise des plus solides d'Algérie, à savoir Sonatrach. Interrogé par le juge sur les raisons qui l'ont poussé à commettre cet acte, il a révélé qu'il n'avait pas été payé durant trois mois, qu'il passait la nuit dehors parce qu'il a des problèmes familiaux et sa marâtre l'a tout simplement jeté à la rue.

Source Le Jour d’Algérie Salah Harirèche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires