Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 10:25

Les démocrates face à leur destin

urne transparente

 

Sauront-ils, à l’occasion de la future consultation électorale, trouver une martingale qui leur permettra de compter dans l’équation politique post-législative ?
Rien que quelques mois nous séparent du rendez-vous fatidique des élections législatives. Rendez-vous capital, eu égard au contexte dans lequel il intervient, marqué par un bouleversement géostratégique inédit dans la région, les législatives prochaines s’annoncent d’ores et déjà comme porteuses d’un risque du retour de la mouvance islamiste aux premières loges.
Sinon, un renforcement des partis au pouvoir responsables dans une large mesure de la crise nationale. Encouragés par la poussée islamiste dans les pays arabes, les partis politiques algériens labellisés d’islamistes se frottent les mains et se voient déjà au gouvernail du bateau Algérie. Solidement chevillés dans les arcanes du pouvoir, le FLN et le RND qui jouissent de puissants relais dans l’administration entendent, pour leur part conforter, leur place.
Face à cette éventuelle configuration du futur paysage politique, quelle place dès lors pour les démocrates algériens ? Une alternative démocratique à l’impasse politique actuelle et au risque de dérives théocratiques est-elle possible ? Difficile de se hasarder à quelques prédictions.
Minée par les divisions, étouffée par le pouvoir, exclue des médias publics, handicapée par les luttes de leadership, la mouvance démocratique algérienne n’a jamais réussi, à ce jour, à transcender ses clivages et ses divergences.
En dépit de leur profession de foi, les démocrates se sont montrés incapables d’être à la hauteur des espoirs placés en eux par de larges pans de la population.
Chef de file de la mouvance démocratique, dès l’apparition du pluralisme, le RCD a multiplié, sans succès, les initiatives pour le rassemblement des démocrates. Ses appels répétés à la fédération des forces patriotiques, républicaines et démocratiques n’ont pas trouvé d’écho. Ils se sont toujours heurtés au refus des autres partis. Même vœu pieu au sein du FFS, plus vieux parti d’opposition. Même s’il réitère inlassablement ses appels au rassemblement des forces démocratiques “autonomes”, il n’hésite pas à cultiver quelques paradoxes, donnant souvent l’impression de vouloir faire cavalier seul. Ses accusations récurrentes contre les autres partis selon lesquelles ils auraient “un fil à la patte”, autrement dit non “autonomes” dans le vocabulaire de ce parti, ont fini par semer la suspicion qui grève toute idée de rassemblement et d’initiative.
Le PT, qui appartient à la même famille politique a préféré, par calculs ou opportunisme, évoluer à la périphérie du pouvoir, n’hésitant pas par moment à stigmatiser les autres partis démocrates, tandis que les autres personnalités représentatives, au lieu et place d’un investissement sur le terrain ou peut-être par pragmatisme, préfèrent scruter la météo du sérail. Bref, la méfiance entre les uns et les autres, les diverses approches de sortie de crise, les problèmes structurels et de gestion des appareils et le culte de la personnalité ont fini par plomber toute perspective de convergence.
Et rien de plus édifiant de cette difficulté, pour les démocrates algériens, à s’entendre sur un “Smig” démocratique que l’échec de la CNCD, dernier né pour fédérer les énergies. Pourtant, force est de constater qu’ils font la même lecture de la crise. “Le Conseil national extraordinaire tenu le 16 décembre constate que plus d’un demi-siècle d’échecs de violences, d’opacités et de régressions n’ont pas suffi à faire admettre à la caste dirigeante que le système responsable d’un tel désastre est condamné par l’histoire, les exigences politiques nationales, les évolutions régionales et les nouvelles relations internationales. Le RCD fait le choix de la lucidité et du patriotisme. Il en appelle à l’ensemble des citoyens pour se mobiliser, chacun à son niveau, afin d’engager, pendant qu’il en est encore temps, le pays dans un changement démocratique et pacifique”, écrit ce parti dans un communiqué rendu public à l’issue de son Conseil national. “Les forces compradores qui ont confisqué l’indépendance algérienne veulent réaménager la façade d’un pouvoir de violence et de prédation et ainsi lui donner un vernis démocratique. Nous avons le devoir de nous y opposer démocratiquement et pacifiquement en mobilisant les énergies capables de nouer entre les militants du parti un contrat éthique et politique, qui les mette en mesure de le proposer aux Algériens et aux Algériennes demain”, notait récemment le chef historique du FFS, Hocine Aït Ahmed dans un message adressé au Conseil national de son parti. Invité aux consultations sur les réformes, l’ex-chef du gouvernement Sid- Ahmed Ghozali avait prononcé une sentence à méditer. “Je m’adresse au pouvoir, visible et invisible, pour dire que, si on persiste à ne pas regarder les choses en face, on se dirige tout droit vers un choc.”
Peut-on, dès lors, assister à un sursaut d’orgueil de la part des démocrates à l’occasion des prochaines échéances électorales ? S’il faut se garder de quelques spéculations, il reste que le tournant est historique. Il y va de l’avenir démocratique du pays, mais surtout du serment de fidélité à Abane et autre Ben M’Hidi.
Au moment ou s’écrit ailleurs l’histoire, les démocrates algériens ne doivent pas dire, plus tard, que nous ne savions pas.

Source Liberté  Karim Kebir

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires