Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 04:15

Algérie - Énergies renouvelables - Une première usine de fabrication du silicium en Algérie

energie solaire

 

Le « Sahara Solar Breeder Super Apollo » Project financé à hauteur de 5 millions de dollars par le Japon, augure d’un bel avenir pour le développement des énergies renouvelables en Algérie.

Cette entreprise débutera à partir de janvier 2011 et consiste dans un premier temps à monter une usine pilote en Algérie pour la fabrication du silicium, utilisé dans l’industrie des panneaux solaires.

Ce projet marque, selon M. Boudrene Stambouli Amine, professeur à l’Université des Sciences et de la Technologie d’Oran (USTO), le début de la coopération algéro-japonaise dans le domaine des énergies renouvelables.

Un accord a été signé en août dernier portant sur l’ambitieux projet de  » Sahara Solar Breeder Super Apollo Project  » qui permettra à notre pays, grâce au savoirfaire japonais dans la production des énergies renouvelables à partir du silicium, de faire un bond dans ce domaine.

Le séminaire tenu mercredi à Alger a regroupé des cadres et universitaires algériens et une vingtaine de leurs homologues japonais. « Mitsubishi Heavy Industries » et  » Toshiba Corporation « , représentés par de hauts responsables de ces firmes japonaises leaders mondiales dans le domaine des énergies renouvelables, ont présenté leur expérience dans ce secteur et manifesté l’intérêt particulier qu’ils portent au marché algérien.

 » L’intérêt que nous portons pour le marché algérien a une double motivation. Il s’agit des capacités financières de l’Algérie et son important potentiel en matière de ressources naturelles, notamment le soleil et le gaz naturel « , a affirmé un haut responsable de  » Japan coopération center for the middle East « , M. Takashi Oya. Le même représentant considère que  » l’Algérie et le Japon peuvent développer une coopération fructueuse dans le domaine des énergies renouvelables «L’Algérie a déjà entamé une première expérience dans le domaine de la photovoltaïque. Les premiers panneaux solaires photovoltaïques  » Made in Algeria» viennent d’être mis sur le marché par l’Entreprise nationale des industries électroniques (ENIE) de Sidi Bel- Abbès en partenariat avec une société étrangère.

Ces panneaux solaires commercialisés sont d’une puissance de 500 KW. Ils seront suivis dans deux ans par la production d’autres dispositifs de 4 mégawatts. Il est à rappeler que les besoins du marché national en panneaux photovoltaïques se situent aux environs de 100 MW pour les cinq années à venir.

Cela représenterait en termes de rentabilité, un chiffre d’affaires d’environ 15 millions de dollars / an et atteindront une vitesse de croisière de 135 millions de dollars dès la cinquième année d’entrée en production de la nouvelle unité solaire de Sidi Bel-Abbès.

De son côté, le groupe Sonelgaz a engagé un programme d’électrification des zones du Grand Sud algérien par des systèmes photovoltaïques, de près de 10 millions d’euros. Le projet de construction d’une usine de fabrication de modules photovoltaïques est prévu pour septembre 2012 dans le périmètre de la zone industrielle de Rouïba.

Source Le Maghreb Azzedine Belferag

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires