Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 03:00

Une activité en plein essor

brochettes.jpg

Les rôtisseries de fortune fonctionnent parfois jusqu'à une heure tardive de la nuit

Le commerce de l'informel s'est élargi avec un nouveau segment: le barbecue.

Depuis quelque temps, on assiste à un commerce d'un nouveau genre, la prolifération des barbecues durant le mois sacré de Ramadhan. Un phénomène qui a pris une telle ampleur qu'il a fini par s'implanter un peu partout, n'épargnant presque aucun quartier de la capitale. Au début, les barbecues n'étaient visibles qu'en certains endroits, principalement dans les cités et les quartiers populaires, mais avec le temps, ils se sont frayé un chemin en devenant un commerce très juteux. Installées parfois à même la chaussée, ces rôtisseries à ciel ouvert fonctionnent généralement la nuit et leur clientèle est constituée essentiellement de jeunes enfants friands de sandwichs aux merguez. Faisant fi des mesures en matière d'hygiène et des règles qui régissent ce genre d'activité, ceux-ci ne pensent qu'à leur ventre et ignorent les dangers qu'ils courent. Particulièrement en cette période de chaleur où les risques d'intoxication alimentaire augmentent et peuvent conduire parfois à la mort.
Des spots publicitaires passent d'ailleurs, régulièrement à la télévision et la radio afin de mettre en garde les citoyens quant aux risques qu'ils encourent en consommant de la viande non contrôlée, achetée surtout auprès de commerçant ambulants dont le seul et unique souci est de gagner de l'argent.
Les barbecues installés à l'occasion du mois de Ramadhan constituent une réelle menace, pas seulement pour les amateurs de merguez et de grillades mais également pour la circulation automobile et les riverains qui sont nombreux à s'élever contre ces odeurs et ces émanations de fumée qui irritent leurs narines et leur rendent la vie insupportable.
«On a installé un barbecue juste au-dessous de mon balcon. Dès vingt-deux heures, je suis obligé de fermer les fenêtres à cause de la fumée», s'insurge Ami Moh qui habite pas loin du Cadix, un quartier très populaire d'Alger. Un autre barbecue a été installé carrément sur la voie publique, obligeant les automobilistes à ralentir pour éviter de heurter les clients. Le vendeur ne semble pas leur prêter attention... Le regard fixe sur les brochettes de merguez, il essaye, à l'aide d'un éventail de fortune, de raviver la flamme qu'il arrose d'un mystérieux liquide qui ressemble à de l'huile.
Lorsqu'un client lui commande un sandwich, il répond par un laconique «Maâlih».
Lorsqu'il est débordé, il n'hésite pas à solliciter l'aide d'un client pour encaisser ou rendre la monnaie. Les rôtisseries de fortune fonctionnent parfois jusqu'à une heure tardive de la nuit, particulièrement le jeudi et le vendredi. Tout le monde semble trouver son compte.
Pour le vendeur, le barbecue est une source de revenu qui ne demande pas d'efforts particuliers et lui permet, le temps d'un mois, de réaliser quelques bénéficies. Quant aux clients, manger un sandwich aux merguez le soir est pour eux un régal et une opportunité que seules les nuits folles du mois de ramadhan peuvent procurer.

Source L’Expression Karim Aimeur

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires