Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 07:54
La loi sera probablement promulguée par ordonnance

 

 

 

femmme algerienne rurale

 

«La loi sur la promotion de la femme dans les institutions élues sera certainement promulguée par ordonnance», a confié une source parlementaire à L’Expression.

La loi organique portant sur la promotion des femmes au niveau des assemblées élues fait parler d’elle. Le projet est fin prêt depuis plusieurs mois, mais jusqu’à présent aucune suite n’a été donnée. Au niveau de l’APN, le projet n’est toujours pas à l’ordre du jour et risque de ne pas être débattu par les députés. Ils seront juste conviés à donner leur caution. «La loi sur la promotion de la femme dans les institutions élues sera certainement promulguée par ordonnance», a confié une source parlementaire à L’Expression.
La même source explique que le président attendra peut-être l’intersession pour faire passer ce projet en ordonnance. Pourquoi? Pour la simple raison que les partis risquent de réfuter certains articles. Pour preuve, ces derniers n’ont pas joué le jeu lors du renouvellement partiel des membres du Conseil de la Nation. Malgré l’amendement de l’article 31bis de la Constitution qui stipulait la promotion des droits politiques de la femme, aucun parti n’a mis en avant cette mesure. Bien au contraire, la femme a été complètement écartée de la bataille des sénatoriales. C’est grâce au président de la République que le carré des femmes sénatrices s’est élargi. Les femmes élues ne souhaitent pas que le projet de loi soit examiné par le Parlement. «On va croiser les doigts pour qu’il passe par ordonnance», affirme la députée FLN, Saliha Djeffal. Pourquoi? Elle reconnait que certains partis ne font pas assez d’efforts pour encourager la femme. «Il y a une volonté politique au plus haut niveau, mais il y a des partis qui traînent la patte», a-t-elle déploré.
D’ailleurs, le président de la Commission nationale consultative pour la promotion et de la protection des droits de l’homme, Farouk Ksentini, a estimé que la représentation politique de la femme algérienne était encore «insuffisante» en dépit de la grande volonté politique de la promouvoir. M.Ksentini s’est dit favorable à une parité entre les hommes et les femmes dans les postes politiques, saluant les pas importants franchis par l’Algérie dans ce domaine. La ministre déléguée chargée de la Famille et de la Condition féminine, Nouara Djaâfar, a, de son côté, rappelé l’article 31 bis de la Constitution qui consacre l’égalité entre les hommes et les femmes dans tous les domaines, voire qui appelle les partis et les institutions à oeuvrer à la promotion de la femme, notamment dans le domaine politique. Or, cette parité n’est pas bien appréciée par les partis d’où le recours à une ordonnance.
Les partis n’ont pas d’autre choix et en prévision des échéances électorales, ils seront obligés d’impliquer le plus grand nombre de femmes. C’est pourquoi, ils commencent d’ores et déjà, à séduire l’élément féminin pour remplir les listes électorales.
Le FLN affûte ses armes. Il multiplie ses actions envers la femme. Samedi dernier, il a convoqué les militantes du Centre à une rencontre consacrée spécialement à la promotion de la femme dans les assemblées représentatives. En vertu de l’article 31 bis de la Constitution, l’ex-parti unique tente de jouer le jeu en investissant le terrain. En application de l’article 31 bis de la Constitution, le FLN mobilise ses militantes. «L’enjeu» vaut bien la chandelle.
La femme sera un enjeu capital lors des élections législatives et locales. Avec un taux de 30%, accordé aux femmes, les partis doivent se retrousser les manches pour trouver des candidates. Le Mouvement de la société pour la paix active également dans ce sens. Le week-end dernier, il a consacré une rencontre à la promotion de la femme.

Source L’Expression Nadia Benali

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires