Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 05:29

Algérie - Crédit immobilier à taux bonifiés : La fin de la crise du logement ?

constructions-innachen-es.jpg

 

Les textes d’application des modalités d’octroi de la bonification du taux d’intérêt des prêts accordés par les banques et les établissements financiers pour l’acquisition d’un logement collectif et la construction d’un logement, fixés par un décret exécutif publié dans le Journal officiel, sont fin prêts.

C’est ce qu’a affirmé, hier, Lyes Feroukhi, cadre au ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, en marge du forum d’El Moudjahid. Mieux, le représentant du département de Noureddine Moussa a indiqué que ces textes seront appliqués très prochainement. Dans ce cadre, il a fait savoir que dans les prochains jours, les textes seront appliqués, d’autant que tout le projet est finalisé, avant d’ajouter qu’à présent il ne reste que les formalités d’usage.
Interrogé si le ministère qu’il représente s’est réuni avec les banques et les établissements financiers pour débattre de la détermination des taux de bonification pour chaque catégorie, M. Feroukhi a précisé que le décret a été publié et « nos camarades du ministère des Finances vont certainement mettre en exécution les dispositions de ce décret notamment à travers les banques ». En outre, le représentant du ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme a précisé qu’il n’y a pas de bureaux relevant de la Caisse nationale de logement qui refusent d’accorder des aides  aux demandeurs de logement, dont le prix dépasse 2,5 millions de dinars. Il explique, sur ce point, que « cela n’existe pas, mais qu’il s’agit peut-être des programmes d’avant la promulgation de l’arrêté interministériel en 2008 ». Car après sa promulgation, note-t-il, le prix d’un logement  fixé a été revu à la hausse, en atteignant 2,8 millions de dinars. Pour ce qui est de la bonification et de l’aide frontale, il dira que grâce à celles-ci l’on pourra rendre la demande solvable.
Ce qui, à ses yeux, « amènera normalement les promoteurs, autant privés que publics, à faire plus d’offres puisqu’ils savant pertinemment qu’ils ont une demande solvable ». Ainsi, poursuit-il, les promoteurs peuvent écouler facilement leurs logements non seulement à Alger, Oran et Annaba, mais sur l’ensemble du territoire national.
M. Feroukhi a souligné que lorsque, par exemple, l’on parvient à rendre solvables les citoyens vivant dans les wilayas de l’intérieur du pays, ayant un revenu très faible, ceux-ci pourront, peut-être, acheter des logements à des coûts de 2,8 millions de dinars ou à 3 millions de dinars. C’est dire que grâce à la bonification du taux d’intérêt et à l’aide frontale, même les fonctionnaires à petits et moyens revenus pourront prétendre à un logement. On peut même espérer voir la fin de la crise du logement.

Source Horizons Djamel O.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires