Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 08:02

C'est une question qui se pose depuis la première crise financière de 1986 et à laquelle nous n'avons jamais répondu jusqu'à ce jour.

point interrogation

 

On continue constamment de l'ignorer jusqu'au jour où nous serons face la catastrophe.
Si la manne pétrolière n'existait pas, quel destin aurait pris notre pays ? Serions-nous ainsi dépendant presque à 100% de cette richesse souterraine mais malheureusement tarissable dont Dieu nous a bénis depuis l'indépendance et qui s'est accentuée cruellement depuis la seconde guerre du Golfe ? La politique financière et politico-politique auraient-elles pris ce dangereux virage ? Il est clair que quelque part la rente a influencé de manière négative les destinées du pays. D'abord, serions-nous permis de gaspiller à tort et à travers cette manne financière qui nous est tombée sur la tête sans la fourniture du moindre labeur jusqu'à nous faire perdre tout raisonnement à force que l'argent coule à flots ? Autant de questions qui resteront à jamais suspendues en l'air.
Tout le pays tourne et vit autour de cette rente. Des politiques cherchent à se faire élire président d'APC, membre d'APW, député ou sénateur ou se faire voir là-haut pour uniquement abonder dans la rente. Ils n'y vont pas pour réfléchir à trouver les solutions budgétaires aux financements des projets de leur supposé programme mais attendent tous sésame dinar qui descendra du ciel.
Ces jours-ci, une polémique est née en France avec le projet du candidat socialiste à la présidentielle François Hollande sur la création de 60000 emplois en 5 ans à raison de 12000 annuellement dans le secteur d'éducation. Ce chiffre, quoique sensé, a suscité tout un débat dans l'opposition d'abord lors des primaires dans le camp socialiste et ensuite avec le parti du président sortant. Pourtant, ça ne doit pas coûter plus d'un demi-milliard d'euros par année. Le problème qui se posait crucialement est comment trouver l'argent nécessaire pour mettre ce projet en exécution. Il ne viendrait d'aucune caisse noire mais c'est le contribuable qui passerait à la caisse. Tout a un prix et l'éducation en est une. Chez nous, Il y a deux sortes de contribuables, les fonctionnaires et les autres qui sont incontrôlables qui fuient le fisc comme la peste. C'est toujours la rente qui les a laissés impunis face à leur devoir collectif.
Le métro d'Alger, l'autoroute Est-Ouest, l'aéroport d'Alger, les projets de nouvelles lignes de chemin de fer et ceux des tramways d'Oran, de Constantine et d'une douzaine d'autres villes auraient-ils pu voir le jour sans l'argent du pétrole ? Le gouvernement aurait-il pu augmenter les salaires des fonctionnaires et le SMIG sans aucune production intérieure à part celle de la vente de ces hydrocarbures ? Ces centaines de milliers de logements se seraient-ils construits sans aucune rentrée financière hors pétrole ? Ce n'est pas aussi sorcier d'être responsable qui n'a de fonction que de distribuer les dividendes des devises engrangées. La tête ne fonctionne plus à rechercher le plus difficile que sont les financements mais ne sait pas quoi faire de cet argent arrimé sur nos têtes.
On fait appel maintenant même à des sociétés étrangères pour gérer l'aéroport international d'Alger et c'est au métro d'Alger depuis d'être régi par la RATP de Paris, société qui administre l'homologue de Paris. On remarque bien que la rente a rendu fainéant tout le pays et bloquer toute idée qui ne flambe. Puisque nous possédons du pognon, pourquoi alors travailler ? Nous voulons être tous des chefs. Si les algériens faisaient bien leur travail, pourquoi alors faire appel à des marocains clandestins pour entreprendre des travaux de maçonneries, de plâtre et de peinture si ne n'est encore une fois la rente qui a fait désastreusement son mauvais effet.
De la bouche d'un haut responsable, j'ai entendu dire il n'y a pas si longtemps que le gouvernement n'a pas de contraintes budgétaires. On te donne tout ce que tu demandes mais ce sont les idées qui en manquent le plus. Les pays européens manquent de ressources fraîches pour respirer et chez nous, on ne sait pas quoi en faire dont le pays en renifle à tous les coins. N'est-il pas réels que la Grèce est en état de liquidation pour quelques milliards de Dollars ? Pour le sauver, toute l'Europe se serre ces jours-ci davantage la ceinture.
Combien de projets ont été-t-il détruits et refaits après que des erreurs de conception et des malfaçons eurent été-elles observées au bout de quelques années seulement après leur inauguration ? Là-bas, ils ne peuvent se permettre de telles folies. Chez soi, ce ne sont pas des folies qui ont pignon sur rues mais ce sont carrément les folies de grandeurs qui ont élu domiciles mais de travers.
La distribution à tout-va de l'argent pour des jeunes en quête d'emploi est en soi une politique épouvantable. On ne donne pas de l'argent comme ça avec tant de facilités à des jeunes déboussolés par leur avenir. On doit réfléchir à leur créer des postes d'emplois durables. C'est comme si on leur disait, voici votre bail, à vous de se débrouiller ! Le fait d'instruire les banques à plus de souplesses dans le traitement des dossiers montre clairement que l'état veut fermer les yeux sur le recouvrement de ses créances.
La première chose à laquelle ils cogitent tous, c'est de s'acheter une belle voiture, brader le matériel acquis et vivre un tant soit peu pour quelques temps la belle vie. Quant aux remboursements, ils n'y font même pas allusion. Ils disent n'obtenir que leur morceau de la tarte nationale, ni plus ni moins. Les autres se sont sucrés de la rente alors ils ne font que prendre leur revanche sur le sort. A chacun sa part.
Pour le moment, ce sont les prochaines échéances politiques qui agitent tout le personnel politique avec semble-t-il le même schéma habituel grâce à cette rente qui ne fait que retarder l'échéance des réformes promises qui ne peuvent qu'être que salutaires avant qu'il ne soit trop tard. Le futur, on n'y pense même pas à part quelques rares exceptions. L'essentiel est d'en profiter au maximum de la rente. Tant qu'elle regorge, le tout va bien est de rigueur.

Source Le Quotidien d’Oran Mohammed Beghdad

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires