Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 03:56
Les surprises qui attendent les Algériens
L’Algérie a déjà eu à disposer de vice-président
audition revue de projets 
Inscrire dans le marbre les rôles respectifs du Président, du Premier ministre et du Parlement. Ce serait peut-être sur ces questions que va se concentrer le débat sur la future Constitution.
Avec l’adoption de la prochaine Constitution, l’Algérie basculera-t-elle dans la IIe République? Quel régime les Algériens souhaitent-ils avoir pour l’avenir: parlementaire, présidentiel ou semi-présidentiel?
La désignation d’un vice-président de la République et de ses prérogatives sont aussi des questions qui hantent l’opinion et les états-majors des partis. Si la proposition est retenue, va-t-il s’agir d’un ticket à l’exemple des Etats-Unis où le vice-président remplace automatiquement le locataire de la Maison-Blanche en cas d’empêchement à poursuivre sa mission sans recourir à de nouvelles élections jusqu’au terme du mandat? Ou bien serait-ce un poste honorifique? Ce sont des questions importantes car le citoyen a besoin de savoir à qui il devra confier son destin. Il est aussi en droit de connaître si le duo est co-responsable de la politique à conduire ou si un seul homme est tenu de rendre des comptes.
Dans la réalité, la formule de désigner un vice-président n’a rien d’original. C’était déjà dans les moeurs au lendemain de l’Indépendance. L’Algérie a déjà eu à disposer de vice-président. Il y en avait même deux (Boumediene et Mohamedi Saïd). C’était lors du mandat de Ben Bella pendant lequel il y a eu la première Constituante.
Elle était élaborée par le FLN. 50 ans plus tard, le parti est majoritaire à l’APN. Donnera-t-il aux Algériens une Constitution qui va résister à l’usure du temps, soit 50 nouvelles années? et quels seront ses contours?
Les Algériens auront le choix de renforcer les prérogatives du président de la République ou celles du chef du gouvernement. Elles seront définies selon l’orientation qu’on donne au régime avec prépondérance du premier personnage dans le régime présidentiel. Dans ce cas, il ne ferait appel qu’à un Premier ministre chargé d’appliquer son programme.
Le pouvoir du Parlement s’en trouve aussi amoindri. C’est tout le contraire si un régime parlementaire est adopté. Le président sera dans l’obligation de désigner un chef du gouvernement parmi la majorité législative qui se dégagera à l’APN. Le Président, allié au Sénat, si celui-ci reste toujours en place, devra voir son champ de compétences élargi. Par conséquent, celles du chef du gouvernement aussi. Le président pourrait garder le dernier mot sur les domaines de la défense et des affaires étrangères. Mais pas sans contrôle du Parlement.
On voit bien que même aux Etats-Unis, le président n’entame aucune action, ou presque, sans l’aval du Parlement. C’est ce qui s’appelle l’équilibre des pouvoirs où il n’y a pas de place pour l’hégémonie d’une seule institution. Les chapitres de la prochaine Constitution ne se limiteront pas à définir les prérogatives du président, du Premier ministre et des élus. Il ne faut pas perdre de vue que les magistrats sont le pilier du pouvoir judiciaire et il n’est pas question de le soumettre à d’autres institutions. La révision de la Constitution consacrera l’indépendance de la justice pour une plus grande garantie de la protection des droits des citoyens.
Cette quête se fait plus insistante au lendemain du printemps arabe. D’ailleurs, de nombreux pays de la région ont exprimé leur volonté d’adopter de nouvelles Constitutions. Tunisie, Libye et Egypte sont dans ce cas. Il y a néanmoins une nuance avec le projet algérien.
Dans les pays cités, la Constituante est en quelque sorte inévitable. En Algérie, ce sera l’APN qui jouera le rôle de la Constituante alors que sa mission première est la représentation des électeurs.
Quelques raisons expliquent ce choix: une Constituante est surtout imposée au lendemain des indépendances ou dans un contexte conduisant à la nécessité de passer à une IIe République. Ce qui est catégoriquement rejeté par certaines forces politiques comme le FLN de peur de faire table rase sur 50 ans d’histoire. Avec la nouvelle Constitution, il y a justement une opportunité pour se pencher sur ce demi-siècle d’indépendance et faire le bilan de ce qui a été réalisé et de ce qui a été raté.Néanmoins, il serait toujours temps de s’adonner à une séance de rattrapage dans l’espoir de faire en sorte que l’Algérie soit au diapason des autres nations. Il ne serait pas étonnant dans ce contexte, que la question de la limitation des mandats du président puisse ressurgir dans le débat après quelques années de la révision de la Constitution en 2008 qui a laissé le champ ouvert à des candidatures aux mandat non limités. La Constitution sera adoptée à quelques mois de la prochaine élection présidentielle en 2014 et le point de la limitation des mandats prend toute son importance dans ce contexte.
Dans le prochain texte constitionnel, il semble bien que d’autres questions qui n’ont rien à voir avec l’équilibre des institutions puissent s’inviter au débat comme l’officialisation de tamazight. Quant à la place de la religion, le texte actuel en dit déjà assez long pour ne pas toucher à ce dossier brûlant. Les islamistes n’avaient-ils pas profité de la brèche ouverte par la Constitution de 1989 pour créer le FIS? Avec suites que l’on connaît.
Source L’Expression
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires