Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 23:25

Algérie - Les jeunes et le changement

greve enseignants

Intéressé par l'expérience lancée par Ahmed Benbitour sur Facebook, je suis allé «naviguer» sur la page où il invitait les jeunes à s'organiser en Cercles d'Initiatives Citoyennes pour le changement (CICC). Cette visite m'a permis de connaître le regard des jeunes sur leurs problèmes et m'a inspiré ces quelques réflexions.

Qui, plus que les jeunes, aspirerait au changement. Simple loi de la nature, érigée en exigence politique, chaque fois que le pays entre en crise. Loi confirmée par une lecture du blog d'Ahmed Benbitour lançant son nouveau mot d'ordre, traduit à ma manière : «Avec la force de la jeunesse rien d'impossible».

Il y eut une trentaine de réponses, peut-être plus aujourd'hui, mais je me suis contenté des 30 premiers commentaires. J'ai trouvé qu'il serait intéressant et utile d'en faire une analyse pour mieux comprendre et cerner les lignes de force du discours «jeune» au 21° siècle.

Pour faire simple, j'ai regroupé les trente commentaires en deux grandes catégories, selon l'orientation dominante de leur contenu : réalisme et volontarisme.

1 Le Réalisme

Le slogan, forme suprême de la langue de bois ?

C'est d'abord au niveau de la perception du slogan que s'exprime le réalisme des jeunes. Le premier à ouvrir le feu des réalistes et à mettre tous les politiciens dans le même sac :

Ilyes déclare, péremptoire et sans nuance : «tous pareille !!! Personne ne pense aux intérêts du peuple c'est certain».

Et plus loin

«Vous perdez du temps, il y a rien à changer puisque tout est en place pour ne pas être changé pour changer, le changement aura lieu le jour ou les puits de pétrole seront épuisé»

D'autres le relaient, notamment «Abderahmane Djillali» -(c'est son pseudo)- qui se demande pourquoi Benbitour n'a t-il pas tenu ce langage quand, durant des années, il a servi aux plus hauts postes du gouvernement?

C'est un écueil face auquel sont et seront confrontés tous les hommes politiques qui veulent pour une nouvelle fois, accéder au pouvoir. Toujours est-il qu'un homme politique n'est jamais libre de ses choix et de ses mouvements. Face à un pouvoir totalitaire il ne peut que se soumettre ou se démettre. Ahmed Benbitour, face au viol annoncé de dispositions constitutionnelles, a préféré présenter sa démission.

Farouk et Sid Ali ne veulent pas tomber dans la «sloganite» comme du temps du «FLN, du FIS ou des communistes». Un mot d'ordre étant l'expression d'une tension autour d'un objectif à atteindre, d'une action à entreprendre, ils l'auraient souhaité plus proche du réel et moins porteur de cette langue de bois, mode d'expression favori des partis politiques visant le pouvoir. De ce point de vue, le Collectif central du projet «benbitourien» aurait du innover et non adapter son slogan principal au monde des jeunes. Il aurait ainsi fait, lui-même, preuve de changement.

La démographie

En affirmant que du point de vue démographique (75% de la population ont moins de 30 ans) étant plus nombreux, Berkane conclut très logiquement que le pouvoir devrait revenir aux jeunes. Or la réalité est toute autre, puisque l'un des intervenants, «Algérie Avenir», né en 1962, et se trouvant à l'approche de la retraite, après avoir parcouru le cycle d'une vie bien remplie : des études, du travail, suivi d'une migration à l'étranger où il s'est fait une situation honorable, va revenir, comme Ulysse, «plein d'usage et raison» au pays natal, sans que les dirigeants de 1962, où le système de gouvernance, aient beaucoup changé. Il constate avec étonnement et amertume que rien n'a véritablement évolué de ce point de vue. Alors que dans quelques pays de la «vieille Europe», comme la grande Bretagne, entre autres, les nouveaux dirigeants, au plus haut niveau, ont tout juste, un peu plus de quarante années.

L'immobilisme du système et la caporalisation de la société par le bâillon et la religion, la carotte ou le bâton, du fait d'une gouvernance de type totalitaire, ont eu pour fâcheuses conséquences, la dévitalisation de la vie politique, culturelle et sociale, surtout marquée par la marginalisation des jeunes.

Et «Mossaab» de constater, encore une fois, «Nous sommes détruits moralement de tous les côtés» ; la question «comment se libérer» dans de pareilles circonstances est toujours lancinante pour lui et pour bien d'autres qui ne voient pas le bout du tunnel. Même après le fameux séminaire d'octobre 2007 ayant réuni les membres du gouvernement et les walis, pour définir les contours d'une politique nationale de la jeunesse.

Nora faisant le même constat de marginalisation, regrette que le pouvoir, expert en manipulations ne se serve de la «force jeune» qu'à l'occasion des élections ou autres manifestations similaires. En fait, acheter des voix revient à acheter des consciences en les pervertissant.

Au lieu de leur offrir l'occasion de se former à l'école, le pouvoir a fait de celle-ci, la première institution de conditionnement des esprits et l'étouffoir par excellence, de la démocratie et de l'éducation citoyenne. Un tort qui rejaillira, un jour ou l'autre, sur le pouvoir lui-même. Comme la répression aveugle de toute manifestation; la dernière en date, hautement symbolique, étant celle de la commémoration du 22° anniversaire du 5 octobre 1988.

A bien y réfléchir, tous les constats avancés par les jeunes portent, «en creux», les lignes de force de la rupture et du changement. C'est à ce niveau que les réflexions des Cercles d'Initiatives Citoyennes pour le Changement (CICC) devraient s'exercer, de manière autonome, dans un premier temps ; puis dialectique, en échanges et confrontations inter CICC, dans une seconde étape.

2 - Le Volontarisme

C'est Salima qui, avec pertinence, lucidité et clairvoyance, balise les voies du changement, en faisant une remarque de taille. Qui, parmi la multitude des jeunes, est véritablement concerné par le changement ? La question est ainsi posée en termes de classes, même si ce n'est pas explicitement abordé, par elle, sous cet angle.

La réponse est claire : les mal lotis de la vie et de la société. Les enfants de nantis ne réclament et ne réclameront pas le changement. Vivant dans l'aisance et le luxe, ils ne se sentent nullement concernés par celui-ci ; leurs intérêts résident, au contraire, dans le statu quo. Aujourd'hui, ils sont tous parvenus à faire fructifier les affaires de la famille ou du clan auquel leur famille appartient, grâce aux chippas mirobolantes prélevées sur la rente pétrolière. Le neveu de Chakib Khelil qui a, bien des fois, défrayé la chronique nationale, doit en savoir quelque chose, maintenant que son beurre est fait et que leur rapt est accompli.

Face à l'immobilisme du système et à l'opération de destruction du moral des jeunes, «Moussaab» prend conscience que «le salut est entre nos mains». Tout autant que Salima qui enfonce le clou en affirmant «Arrêtons de râler et de pleurnicher, il faut nous imposer ! A nous de gravir les marches !».

Avec Ilyes, elle prévient «le jour où il n'y aura plus de pétrole, il n'y aura plus de changement.»

Les deux, mettent en évidence l'incurie du système, incapable de concevoir et réaliser un programme crédible et cohérent pour l'après pétrole, indispensable à la survie de la nation. Certainement, aussi, pointent-ils du doigt la politique vorace de l'ancien Ministre de l'énergie loin de penser à sauvegarder les intérêts des générations futures, en conservant en terre, le pétrole et le gaz qui leur auraient été destinés.

En effet, de ce point de vue, les dix dernières années semblent avoir été perdues ; avec un Temmar incapable de relancer le processus d'industrialisation du pays et un Chakib Khelil plus enclin à servir ses maîtres américains. Mieux, il faillit tout leur livrer avec sa loi mortifère de 2005, qui a vu certains décideurs, intervenir en tant que garants des intérêts de la nation et du peuple.

Révolution et «pétrole gris», l'éducation et le métro

Abdeljalil précise la direction des efforts à déployer et des énergies à mobiliser, en écrivant :

«Je crois d´abord il faut faire une nouvelle éducation pour c jeuns parseque l´education c t un investissement et le best investissement c dans l´etre humain a quoi ca sert par exemple un METRO et le peuple ne sait pas la valeur du METRO.»

Juste rappel, au moment où tout le monde constate que la fin des énergies non renouvelables créera de sérieux problèmes, à un pays ayant quitté, depuis longtemps, les voies salutaires du développement planifié. Mais qui, au lendemain de l'indépendance, choisit la voie royale, celle de l'éducation. L'éducation et la formation des enfants et des jeunes, seules pistes capables d'assurer un développement durable au pays, grâce à un «pétrole gris de qualité». Toutefois, Abdeljalil devrait comprendre que l'éducation et le métro ne sont nullement incompatibles. Bien au contraire, ils se tiennent la main. Et, comme hier, certains parlaient de «l'éducation et de l'électricité», on pourrait se doter d'un nouveau mot d'ordre: «l'éducation et le métro».

Aussi convient-il dés à présent de faire la «révolution» – mais la révolution n'est-elle pas un ébranlement global - dans un secteur marqué par près de vingt ans d'immobilisme didactique et pédagogique. Chose inexplicable s'il ne s'agissait d'assurer, coûte que coûte, la pérennité d'un système «à bout de souffle», parce qu'inapte à produire du changement de qualité.

Tout au long de la lecture de ces commentaires, j'ai été plus d'une fois convaincu que les jeunes ne veulent plus de grandes théories ni de textes difficiles à saisir et à traduire en actes. Ils veulent prendre concrètement leur place au soleil d'une société inégalitaire, mais dont la plus grande partie réclame la justice et le droit.

Ils aspirent à des mesures tangibles, prises pas seulement dans l'urgence et sous le poids de la crise, pour faire taire de justes revendications, mais durablement installées dans le temps. Un emploi décent après leurs études ; et pas des années de chômage et d'insupportables attentes, au cours desquelles les acquis scolaires et universitaires se dégradent et se dévalorisent. Les crédits de l'ANSEJ ou de toute autre niche ou institution dispensatrice de micro crédits qui finissent par ne plus être opérationnels tant les délais de traitement des dossiers et les exigences d'une bureaucratie tatillonne, finissent par décourager les meilleures volontés du monde. Ajoutez à cela la prolifération de la culture «chipa», le népotisme, le clanisme, le favoritisme, la vampirisation des crédits et des locaux destinés aux jeunes par les maffias installées, ici ou là, dans les insondables grottes d'une bureaucratie budgétivore, et vous aurez compris le désenchantement qui submerge nos jeunes. Et l'on comprendra aussi leur désir de tout plaquer au risque de leur vie.

La pédagogie du changement

En outre, je pense qu'il est certes nécessaire et utile de produire des textes balisant et éclairant les voies du changement, mais qu'il faut penser à leurs futurs utilisateurs, pas tous experts en telle ou telle matière, dans tel ou tel secteur. Ils doivent être lus et compris par la plus grande masse et non par une élite. Le véritable changement doit être de nature démocratique, en offrant au débat public, des solutions alternatives, à la portée du plus grand nombre ; alternatives que la pratique et les luttes réelles des citoyennes et citoyens ne manqueront pas d'enrichir ou de bannir, parce que tout ne peut sortir des seuls bureaux ou des laboratoires. La vie et la société inventent, face à des problèmes réels, leurs propres solutions,

Dans cet ordre d'idées, la conception de fiches débats, simples et fournissant les informations essentielles du problème à résoudre, doivent alimenter le débat citoyen. Avec l'aide de tous les CICC, une nouvelle pédagogie du débat démocratique devrait émerger progressivement et nourrir un nouveau type de relations entre le pouvoir et la société. La pédagogie du changement ne consiste pas à reproduire les schémas anciens, mais à créer ses propres modèles. La pédagogie du changement est, elle aussi, à inventer.

Tout ne doit pas descendre du sommet, comme la parole divine, mais se construire par un perpétuel mouvement alternatif entre gouvernés et gouvernants, qui ne doivent jamais oublier qu'ils sont dépositaires de la souveraineté du peuple. C'est ainsi que naîtra une véritable politique nationale de la jeunesse, conçue par les jeunes et pour les jeunes.

Et que l'Etat, qui, au regard de l'article 11 de la Constitution de la RADP, «puise sa légitimité et sa raison d'être dans la volonté du peuple. Sa devise est «Par le Peuple et pour le Peuple», soit réellement «au service exclusif du peuple.»

Puissent tous ceux et toutes celles qui auront, un jour, à accéder à une responsabilité, s'en souvenir, pour toujours !

Source Le Quotidien d’Oran Si Mohamed Baghdadi

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires