Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 04:38

Devant une Constitution dépassée

Bouteflika 2

 

Le grand vainqueur des législatives pourrait ne pas être le futur Premier ministre, la Constitution — quelle aberration ! — permettant la désignation de toute autre personnalité non issue de la majorité. Belkhadem a fustigé Ouyahia, laissant entendre qu’il s’opposerait à la reconduction de ce dernier.
Ajoutons à cela le fait que l’Alliance présidentielle est morte de sa belle mort. Alors qui ?

La déclaration de Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), selon laquelle il «ne sera pas nécessairement Premier ministre» dans le prochain gouvernement, démontre une grave lacune dans la Constitution actuelle et un grand décalage par rapport à la volonté populaire. Bien que le FLN soit le grand vainqueur des législatives du 10 mai 2012 avec 221 sièges sur les 462 de la future Assemblée populaire nationale, cela ne lui garantit aucunement le poste de Premier ministre. Pourtant, le FLN ne cache pas cette ambition. «La volonté des militants du FLN est de détenir les leviers de commandes mais la Constitution est claire», a déclaré l’actuel patron du parti.
La loi fondamentale qui confère, en effet, le pouvoir de désignation du Premier ministre au président de la République n’oblige en aucun cas à le choisir au sein du parti majoritaire.
Une situation qui met à mal l’ambition Flniste, pourtant «légitime» surtout avec l’annonce de la volonté de ralliement au FLN de pas moins de 13 députés élus sur les listes indépendantes. Ce ralliement, qui peut se concrétiser dans les prochaines heures, portera le nombre de sièges obtenus par le FLN à 234, soit une majorité absolue (50 % + 3) à l’APN. Par ailleurs, Belkhadem, sans être clair et sans vouloir remettre en cause la volonté du Président, souffle le chaud et le froid, tantôt en déclarant hier au journal El Khabar qu’«il est des messages à lire à travers les résultats des élections législatives…si le peuple avait voulu que Ahmed Ouyahia poursuive l’application de son programme, il aurait donné la majorité au RND», et tantôt en affirmant que «le maintien de Ahmed Ouyahia comme Premier ministre ne nous dérange aucunement». Pour rappel, au lendemain de la proclamation des résultats des législatives, donnant le FLN vainqueur, Belkhadem avait insisté sur l’élargissement de l’Alliance présidentielle à d’autres formations politiques. Mais il faut souligner que cette alliance, qui bat de l’aile, surtout depuis le retrait du MSP, ne semble plus être à l’ordre du jour du FLN.
La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si le ralliement des indépendants au FLN annoncé hier permet au vieux parti de prendre seul le gouvernail du futur gouvernement et de se passer de l’apport du RND et de tout autre parti.
En attendant que toutes ces questions trouvent des réponses, le gouvernement dirigé par Ahmed Ouyahia, toujours au poste du Premier ministre, gère les affaires courantes du pays en attendant la réponse du Conseil constitutionnel aux 165 recours introduits par des partis et candidats et la proclamation des résultats officiels des élections. Ce n’est qu’alors que se dessineront les contours de la future Assemblée populaire nationale.

Source Infosoir M.T.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires