Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 08:23

Débats à L’APN - Des députés interpellent Ouyahia sur l’affaire Djezzy

djezzy-copie-1

 

Venant d’un député du RND, l’on se demande si cette interpellation n’a pas été suscitée pour permettre au Premier ministre de faire quelques nouvelles révélations sur cette sombre affaire qu’est le rachat de Djezzy.

Le premier ministre Ahmed Ouyahia a été interpellé, hier, par un député de son parti, le Rassemblement national démocratique (RND), sur la gestion jugée confuse du dossier Djezzy. Intervenant lors du débat sur la déclaration de politique générale du gouvernement, un député du rassemblement national démocratique (RND) a, en effet, demandé à M. Ouyahia de donner à l’Assemblée nationale la position officielle sur cette affaire. “Concernant Djezzy, chacun donne une version. On veut connaître la position officielle du premier ministre”, déclare le député RND.

Cette requête offre une occasion pour le premier ministre de s’exprimer encore une fois sur ce feuilleton à suspense qui tient en haleine l’opinion nationale depuis des mois. L’on s’interroge, cependant, sur les motivations du député en question. “Cette interpellation a-t-elle été suscitée ?”, se demande-t-on.

Car l’on sait que le secrétaire général du parti, M. Ahmed Ouyahia, a réuni, il y a quelques jours, ses députés et sénateurs pour leur donner des consignes concernant le débat sur la politique générale du gouvernement. Il est revenu, en effet, longuement sur la question en réitérant la ferme volonté de l’État de racheter Djezzy.

Il semblerait que les choses bougent dans ce sens, si l’on se réfère au ministre des finances, M. Karim Djoudi, qui a annoncé, en marge de l’intervention du premier ministre devant les parlementaires jeudi dernier, la volonté d’Orascom Télécom Holding de vendre sa filiale algérienne à l’État algérien, tout en faisant état d’une deuxième vérification fiscale sur les exercices 2008-2009 qui a débouché sur un nouveau redressement touchant Djezzy et s’élevant à plus de 200 millions de dollars.

Quelles autres révélations fera le premier ministre sur cette affaire qui a fait couler beaucoup d’encre ? La réponse de M. Ouyahia aux députés aura lieu demain. Outre ce sujet, les autres interventions ont versé, pour la plupart, dans des généralités, sans consistance. Les parlementaires ont, certes, abordé des thèmes et autres problèmes d’actualité, tels que les maux sociaux, la lutte contre la corruption, la circulation automobile, la bureaucratie… mais ce fut plutôt d’une manière très sommaire, sans rentrer dans le vif du sujet.

Le FLN est revenu sur la licence d’exonération de taxes pour l’importation des véhicules, regrettant que cette mesure ne soit appliquée qu’au profit des moudjahidine et veuves de chouhadas sans concerner leurs enfants des et autres ayant droits. Un député du Front national algérien (FNA) demande une hausse de la pension d’invalidité et revient sur la non-disponibilité de certains produits et la cherté d’autres.

Il dénonce les pénuries récurrentes des médicaments pour les malades chroniques tout en remettant en cause la politique de santé qui ne fonctionne que pour parer aux urgences.

Les partis de l’Alliance présidentielle ont âprement défendu le programme gouvernemental qui, selon eux, en dépit de quelques insuffisances, a permis la restauration de la paix et le retour de la croissance économique.

Un intervenant du groupe parlementaire RND s’en prend aux députés de l’opposition, dont il considère les critiques envers l'Exécutif comme non crédibles. “Ces gens de l’opposition critiquent le gouvernement alors qu’ils habitent la résidence d’État du Club des Pins. Si c’est ça l’opposition, on va tous y adhérer”, martèle-t-il.

Source Liberté Nissa Hammadi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires