Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 10:09

Algérie - Ramadhan - Comment manger sain et équilibré

fruits-legumes-fibres.jpg

Par quoi faut-il «casser» le jeûne ? Les traditions culinaires des Algériens, durant le mois de Ramadan, diffèrent selon les régions, les habitudes ou même le rang social. Certains commencent le f’tour par une chorba, djari ou hrira et d’autres continuent à maintenir la sunna en rompant le jeûne avec quelques dattes et un verre de lait ou de l’ben (petit-lait). Mais l’avis des spécialistes peut être différent.

Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Comme recommandé pour tous les jours de l’année, l’alimentation durant le mois de Ramadan doit être qualitativement et quantitativement équilibrée. Elle doit être riche en protides, glucides et lipides sans oublier l’apport en vitamines et sels minéraux.

Quel est l’idéal pour la rupture du jeûne ?

Après une journée d’abstinence de nourriture et de boissons, il est préférable de rompre le jeûne avec des légumes. Des aliments qui facilitent la digestion grâce aux fibres qu’ils contiennent. C’est ce qu’explique Yasmina Hamri, diététicienne. «L’idéal est de commencer son f’tour par une salade de légumes. La chorba ou la h’rira viendront après», dit-elle. Le lait accompagné de quelques dattes, comme le dicte la sunna, peut également constituer une bonne «entrée». Toutefois, tout ce qui est sucré est conseillé de le consommer à la fin du repas.

Manger «sain» et «équilibré»

Les protides sont indispensables pour l’organisme. Ils proviennent de la viande et de ses dérivés. «Durant le Ramadan, il n’y a pas mieux que de consommer la viande bovine. La viande ovine contient un taux élevé de cholestérol», dira la diététicienne. S’agissant du poulet, elle précise qu’il faut opter pour le blanc. «Les autres parties sont riches en cholestérol car elles sont en contact avec la chair». Les poissons, eux, sont très recommandés. Outre leur richesse en protéines et iode, ils contiennent des oméga 3 — bons pour cœur — surtout la sardine. Pour une alimentation saine, la spécialiste conseille de consommer des lipides d’origine végétale tels que l’huile d’olive et l’huile de maïs. Aussi, les repas doivent contenir des glucides. Riches en sucres lents, ceux-ci procurent de l’énergie. Après de longues heures de jeûne, l’organisme a besoin d’énergie. «La chorba faite à base de frik ou de vermicelles a son apport en glucides», souligne-t-elle. Les repas doivent contenir également au moins un produit laitier : lait, yaourt, fromage ou l’ben. Pour ce dernier, «il ne faut jamais le prendre au début du f’tour», précise-t-elle. Réputées pour leur grande consommation du pain, les familles algériennes «abusent durant le Ramadan de cet aliment. Avec toutes les variétés qui sont proposées durant ce mois, qu’elles soient industrielles ou domestiques, les spécialistes sont unanimes. Le pain complet est «irremplaçable ». «Le son est riche en fibres qui permettent d’accélérer le transit, de faciliter la digestion et de ralentir l’absorption des glucides», dira la diététicienne.

Comment boire au f’tour ?

Selon les modalités diététiques, il faut boire de l’eau 30 minutes avant le repas ou bien 2 heures après. Comme cette année, le Ramadan coïncide avec le mois d’août, une période connue pour ses températures caniculaires, la soif sera certainement au rendez-vous. «Il faut s’abstenir de boire de l’eau tout au début du repas. Le lait pourrait la remplacer. Outre le fait de rafraîchir, il est riche en calcium et en protéines», précise la spécialiste. Par contre, le lait caillé, riche en ferments lactiques, est déconseillé.

Les desserts

Les desserts idéaux sont les fruits, telles les pommes, poires, pêches et fraises. La banane, riche en glucides, notamment en fructose, est, quant à elle, déconseillée, surtout pour les diabétiques. Les pastèques et melons, rafraîchissants par leur grande contenance en eau, doivent être consommés mais avec modération pour éviter les ballonnements. Quant aux sucreries et les gâteaux orientaux, tant prisés durant les veillées de Ramadan, les spécialistes recommandent de ne pas en abuser. «Pour ceux qui font la prière de tarawih, il est recommandé de consommer une part de zalabia, de qalbelouz ou de baqlawa juste avant d’aller à la mosquée. Les efforts fournis durant cette pratique religieuse aident à dépenser l’excès de sucre», explique la diététicienne.

Qu’en est-il du s’hour ?

Tout comme le f’tour, le s’hour ne doit pas être négligé. Il doit être aussi équilibré et complet en contenant une part de légumes, de fruits et de laitages. Chez nous, le s’hour est synonyme de mesfouf bezbib bel l’ben. «Ce plat traditionnel peut constituer un repas complet à condition qu’il soit accompagné d’un fruit à la fin», précise la spécialiste, avant d’ajouter que «le s’hour doit être pris le plus tard possible, au moins 30 mn avant el-imsak».

Ce qu’il faut éliminer de nos repas

Les spécialistes recommandent d’éviter les fritures. A titre d’exemple, «au lieu de frire les boureks, il est préférable de les cuire au four», dit-elle. Elle conseille également de réduire la consommation de pomme terre, riche en glucides. Elle propose de remplacer la farce des boureks, constituée de purée de patate, avec d’autres légumes tels que les épinards, les carottes ou les courgettes. Les graisses animales sont également à supprimer à cause de leur richesse en acides gras saturés. De même pour les excès de sucreries. «Durant le Ramadan, seule la répartition des repas change. Il faut opter pour une consommation équilibrée comme les autres jours de l’année », répète-t-elle, encore.
Quelques conseils

A cause de la chaleur, il est recommandé de boire beaucoup d’eau, des jus de fruits naturels et d’éviter les sodas et les boissons gazeuses. Pour les personnes malades, elles doivent éviter le gras, les fritures, les acides comme la tomate ainsi que les boissons gazeuses.

Source Le Soir d’Algérie – R.N.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires