Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 10:20
La course contre la montre des femmes travailleuses
femme-algerie-copie-1 
Beaucoup d'habitudes et de programmes se modifient durant le mois de ramadhan. Pour les femmes travailleuses c'est une vraie course contre la montre qui s'impose trente jours durant lesquels les erreurs culinaires sont strictement intolérables. Assumer et concilier les engagements professionnels et familiaux est une tâche qui demande une organisation et des plans exceptionnels durant le mois de ramadhan pour les femmes actives. Non que les tâches soient plus nombreuses mais il s’agit surtout d’un mois où les tables deviennent très exigeantes au moment de la rupture. Ainsi, le recours aux bonnes astuces devient inéluctable pour une bonne partie de femmes qui n’ont pas l’opportunité ou n’ayant pas choisi de prendre leur congé durant le mois de ramadhan. Pour esquiver tout retard au moment du f’tour, plusieurs femmes interrogées racontent leur plan de conciliation travail/bureau durant le mois sacré. Pour Lydia 38 ans, mère de deux enfants, qui travaille dans une entreprise multinationale, le mois de ramadhan est synonyme de pression supplémentaire. «Cette année comme l’année dernière, on n’a pas donné une réponse favorable à ma demande de congé pour ce mois de carême. Je vais devoir courir à ma sortie de bureau entre le marché, la cuisine et autres tâches ménagères. C’est une course contre la mon-tre que je fais quotidiennement pour que tout soit prêt au moment de la rupture de jeûne.» Cette dame raconte que malgré la pression et la surcharge des tâches, elle s’en sort bien; «c’est une question d’organisation et de courage. C’est vrai qu’il est difficile de fournir des efforts supplémentaires durant cette période de vacances et de chaleurs, mais on peut casser cette atmosphère sur le volet ambiance du mois du carême pour pourvoir tenir le coup et faire plaisir à mon mari et mes enfants». Outre le rythme effréné des femmes actives qui ne connaissent pratiquement pas de répit durant la journée, c’est la fameuse question : «Je prépare quoi aujourd’hui ?» qui stresse ainsi les femmes. «En plus la fatigue physique de travail entre le bureau et la maison, c’est la torture psychique de penser continuellement au menu du jour. Ce ne sont pas les recettes qui font défaut vu la variété de la cuisine algérienne et maghrébine mais pour moi ce qui me fatigue le plus c’est de trouver à chaque fois de nouveaux plats à mettre au menu», explique Saïda, 32 ans, administrateur, qui raconte qu’elle se réfère au programme télévisé pour décider les plats à préparer chaque jour. Mais ce ne sont pas seulement les idées de recettes qui posent problème car c’est la gestion du temps qui compte de plus pour les femmes actives. C’est pourquoi les femmes recourent à pas mal d’astuces et techniques qui leur permettent de gagner du temps. Préparer la chorba un jour sur deux est une astuce utilisée par la quasi-totalité des femmes travailleuses n’ayant pas d’aide à la maison. Le congélateur joue un rôle important, en effet, car les femmes profitent durant le week-end pour préparer d’autres plats qu’elles mettent au congélateur par précaution d’un quelconque retard ou imprévu.
«Moyennement je prépare trois plats quotidiennement durant le ramadhan en plus le bourek et les desserts. C’est tout un projet de travail qui commence à ma sortie de travail. Faire le marché, subir les bouchons des heures de pointes, surveiller les enfants et satisfaire les goûts exigeants de mon mari n’est franchement pas une tâche facile. Mais je prends mon mal en patience et je ne me repose qu’une fois la table prête sans faute et sans retard» raconte Safia, fonctionnaire et mère de quatre enfants. D’autres femmes actives plus malignes et pour travailler plus à l’aise, préfèrent esquiver le bureau avant l’heure réglementaire de sortie à chaque fois que l’occasion se présente. Quels que soient les astuces et plans de femmes actives pour accomplir, concilier bureau et maison durant ramadhan, l’objectif est le même et l’essentiel est que tout soit prêt au moment d’El Iftar sans faute et sans retard.
Source Le Jour d’Algérie Y.A.
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires