Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 23:27

Poulet, fruits et légumes - Prix en baisse, consommateurs soulagés

Salon Medea

 

Ce n’est ni une promotion  de fin d’année ni encore des soldes d’été. Une fois n’est pas coutume, les prix  des fruits  et légumes ainsi que du poulet ont  enregistré  un record en  baisse.

Un  tour au marché  permet  de constater que les légumes  et fruits de saison ont enregistré  une  baisse remarquable. Au grand  bonheur des  ménagères, petites bourses notamment, les  consommateurs  trouvent  leur compte.

 En effet, les citoyens rencontrés sur les lieux  affichent une certaine satisfaction traduite  par un engouement particulier sur les étals.  Satisfaits pour ne pas dire surpris par cette mercuriale en baisse, les consommateurs ruent sur les produits  agricoles (légumes, fruits et le poulet surtout)   dont  les prix sont, faut-il le dire, à la portée de toutes les bourses. 

Si les commerçants ne donnent pas d’explication  à cette  baisse des prix, d’aucuns vont  dire la saison de récolte de ces produits  agricoles, objets de chute des prix, en est la cause directe.  Ce constat s’explique par le fait que tous ces produits agricoles (légumes et fruits) sont saisonniers. La pomme de terre, produit largement consommé, qui fait souvent objet de spéculation, a considérablement chuté dans les marchés. Ce tubercule très prisé par les Algériens  est  cédé à seulement 25 DA le kilogramme, voire à 20DA. Bref, selon la qualité, le prix de  la pomme de terre  ne dépasse pas les 35 DA. 

La tomate, autre produit de  saison, est  aussi abordable. Vendue entre 50 et 70 DA/kg, le prix de la tomate, largement demandée en cette saison, est de l’avis  des clients rencontrés sur les lieux,  raisonnable.

Idem pour  la courgette, la carotte et le poivron sont vendus respectivement à 70, 50 et 65 DA/Kg, alors que la salade et le chou-fleur - légumes de saison - sont  cédés  respectivement à 80 et  60  DA le kilogramme. Les artichauts et les petits-pois,  légumes moins prisés  que les autres, sont cédés entre  50 et 60 DA.

L’oignon, autre légume  très sollicité par la ménagère, se vend entre 50 et 70 DA, alors que le  haricot  se maintient  dans   une fourchette élevée entre  167 et 200 DA le kilogramme.

Les fruits qui affluent ces jours-ci sur les marches sont également  abordables. Les fruits locaux sont  particulièrement prisés par les consommateurs vu que leur prix est on ne  peut mieux raisonnable. Hormis  la pomme  et la banane, produits importés, la fraise, les nèfles, l’abricot et autres sont vendus à des prix accessibles  aux petites bourses.  La fraise de bonne qualité  se vend à seulement 150 DA,  l’abricot  entre 80  et 100 DA  et la pastèque aussi à 80 DA le kilogramme.  Pour ce  qui est des viandes blanches,  si le prix du poulet  a  considérablement chuté à 180 DA le kilogramme, celui du poisson reste  figé à la barre des 400 DA/kg  pour la sardine, 450 DA  la dorade et  la crevette  se négocie à 1 500 DA.

La chute des prix  du poulet, pour le moins inattendue, peut  être justifiée par les pics de chaleurs qui  ont atteint ces derniers jours  le seuil de 35° C  dans certaines régions du pays où  le facteur chaleur  a eu un impact  direct sur la chute des prix. Quant  aux viandes  rouges (bovines et ovines), les prix  se maintiennent dans une fourchette stable entre 1 200 et 1 400 DA le kilogramme. Pourvu que ça dure, la  baisse des prix  des fruits et légumes ainsi que  du poulet est accueilli avec soulagement par les ménages  qui, il y a quelques jours, sont saignés à blanc  par  la flambée des prix des produits de large consommation.

 Notons enfin que cette chute des prix intervient à moins de deux mois du rama-dhan  en perspective duquel les pouvoirs publics ont, comme chaque année, pris une série de mesures pour assurer un bon approvisionnement du marché national. Espérons que  ce n’est pas «le calme qui précède la tempête»…

Source Le Jour d’Algérie Yazid Madi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires