Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 08:43

Algérie - Bouteflika candidat et Ouyahia vice-président

boutef-ouyahia.jpg

 

Plus de détails ont filtré de la réunion “au sommet” tenue en fin de semaine dernière, sur la réforme constitutionnelle et la candidature du Président à un quatrième mandat. La nouveauté, c’est l’éventuel retour d’Ahmed Ouyahia. Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, sera candidat au élection présidentielle de 2014. C’est du moins ce qui ressort de la réunion en comité restreint en fin de semaine, apprend-on de sources généralement bien informées.
La réunion, présidée par le premier magistrat du pays, a vu la présence du président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Mohammed Larbi Ould Khelifa, du président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, du président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaïz, du ministre délégué auprès du ministère de la Défense nationale, Abdelmalek Guenaïzia et de l’ancien président du Conseil constitutionnel, Boualem Bessaieh, selon nos sources.
Contrairement à ce qui avait été indiqué par certains confrères, le Premier ministre n’a pas assisté à la réunion mais son rapport préliminaire sur les consultations “techniques” sur de la réforme consttutionnelle fut le document référence de la réunion.
Les discussions ont tourné sur deux points “importants”, à savoir la candidature du premier magistrat du pays pour un quatrième mandat et la révision de la Constitution, et, toujours selon nos sources, la création du poste de vice-président dans la mouture de la nouvelle Constitution.
Un poste qui sera confié, si le président de la République sera réélu pour la quatrième fois consécutive, à l’ex-Premier ministre, Ahmed Ouyahia, affirment nos sources. Le retour d’Ahmed Ouyahia aux affaires a été évoqué lors de cette réunion. Une option qui attend, selon nos sources, la réponse de l’ex-Premier ministre. “C’est une manière de le faire revenir par la grande porte et lui permettre de gérer dans la continuité les affaires de l’Algérie, le cas échéant”.
Cette réunion de haut niveau a été marquée par l’absence de l’actuel Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et pourtant, c’est à lui, que le premier magistrat de pays a confié la tâche de prendre la température des états-majors des chefs de partis politiques par rapport à la nouvelle mouture de la Constitution. “ Sellal aura la lourde tâche de préparer les élections et surtout assurer un climat serein à cet effet”.
En effet, depuis quelques mois, le Premier ministre a reçu plusieurs chefs de partis politiques. Il est chargé par le président de la République de noter les différentes propositions émanant de ces chefs de partis politiques en ce qui concerne la révision de la Constitution, avant de les soumettre au premier magistrat du pays. Il y a lieu de signaler que certains chefs de partis politiques, à savoir le Front des forces socialistes (FFS) d’Ali Laskri, le Mouvement de la société pour la paix (MSP), d’Aboudjerra Soltani, ainsi que le Front de la Justice et le Développement (FJD), d’Abdallah Djaballah, ont décliné l’invitation du Premier ministre, Abdelmalek Sellal.
Ces partis politiques sont contre la révision de la Constitution avant élection présidentielle de 2014, faut-il le rappeler. Selon toujours nos sources, les propositions seront ensuite transmises à la commission chargée d’élaborer le projet portant révision de la Constitution installée au niveau du gouvernement. Selon nos informations, le travail de la commission a été achevé et le projet est normalement finalisé. “ Pour ce qui est de la forme que prendra la révision, elle se fera par référendum, vu qu’il s’agit d’amendements qui toucheront le système de gouvernance”. La situation des deux partis politiques majoritaires à l’APN, à savoir le Front de libération nationalle (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND), qui sont “sans têtes” depuis plus de trois mois, indiquent que la voie parlementaire n’est pas la plus indiquée. D’autres informations concordantes indiquente, que dans le cas où ce scénario est “retenu”, l’annonce se fera par un discours présidentiel.
Source algerienews.info Mohammed Zerrouki

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires