Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 09:31

Algérie -  Entre réforme et retouche législative

changement

 

A la veille d’une année charnière et riche en rendez-vous législatifs, il est intéressant de s’attarder sur le “programme” des prochaines réformes censées impacter l’environnement juridique des différents secteurs économiques en Algérie. Le projet de loi de finances pour 2012 a consacré le principe de la concertation, car une partie significative des recommandations émises par le groupe de la XIVe convention tripartite fiscale a été retenue. Ainsi devrions-nous connaître un allégement des procédures de remboursement de la TVA, une baisse des pénalités et une amélioration des procédures contentieuses et précontentieuses. Le dernier Conseil des ministres a également annoncé un toilettage du code des marchés publics, pour remédier aux difficultés d’application de la dernière mouture. Bien que l’annonce de la diversification et de la décentralisation des commissions des marchés publics puisse être une réponse aux retards occasionnés dans la réalisation du programme quinquennal 2010-2014, elle (la réponse) n’en reste pas moins parcellaire, car elle ne prend pas en compte les préoccupations des gestionnaires des entreprises publiques orientées vers plus de célérité, d’efficience et de compétitivité.
Le régime juridique applicable aux investissements étrangers recevrait également un lifting en 2012. Ainsi, les entreprises à capitaux étrangers auront le droit de procéder à la cession d’actions de garantie dans le cadre du renouvellement de leur conseil d’administration, sans se voir opposer le principe de la mise en conformité aux règles de la détention du capital social (51%) par des nationaux résidents. L’année 2012 s’annonce, à l’instar de 2011, comme un bon millésime pour la subvention publique et son corollaire inflationniste. Nous verrons ainsi la réservation d’une partie de la commande publique pour les micro-entreprises, auxquelles sera désormais consacrée une partie des petits marchés (-12 millions DA).
Nous connaîtrons également une augmentation du SNMG et des pensions et allocations de retraites ainsi que d’autres augmentations qui ne tarderont pas à être réclamées dans la fonction publique et le secteur privé. La bonne nouvelle nous vient cette fois-ci de l’administration fiscale centrale, qui poursuit ses efforts de modernisation pour faire face aux défis qu’elle devra mener pour satisfaire les contribuables. Cette réforme s’articule autour de principes cardinaux que sont, notamment, la simplification des procédures et l’autonomisation de la gestion. Cette réforme est d’autant plus importante qu’elle met en évidence la nécessité de se concentrer sur l’application pratique d’une réforme, afin d’éviter la prolifération des textes légaux sans réelle portée. Enfin, s’il m’est permis d’émettre un souhait pour la nouvelle année, j’appellerais les différents acteurs économiques à saisir l’opportunité que représentent les législatives de 2012 pour mener une réflexion concertée sur un projet économique qui valorisera les talents que recèle notre pays d’une part, et qui permettra à l’Algérie, dans le contexte économique international actuel, de bénéficier du transfert de savoir faire nécessaire à son développement industriel d’autre part.
Source Liberté Samir Sayah

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires