Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 05:47

Les législatives pour tremplin   changement

 

Bouteflika convoquera dans quelques jours le corps électoral. Sans préciser la date exacte, celle-ci interviendra à la fin de la session d'automne du Parlement, c’est-à-dire à la fin du mois en cours.

La préparation des prochaines élections législatives se confirme sous la direction du Premier ministre Ahmed Ouyahia, puisque c’est lui qui préside la commission nationale des élections et c’est ce même gouvernement qui assurera la présence des observateurs étrangers. Cependant, si dans un passé récent, on s’interrogeait sur la participation des électeurs, avec l’expérience de 2007 qui a connu une forte abstention, cette fois-ci, on ne connaît pas le nombre de partis qui seront en course. Le Président Bouteflika convoquera dans quelques jours le corps électoral. Sans préciser la date exacte, celle-ci interviendra à la fin de la session d’automne du Parlement, c’est-à-dire à la fin du mois en cours. Lors d’un Conseil des ministres tenu dimanche dernier, le chef de l’Etat a indiqué que «le corps électoral sera convoqué dès la fin de la session d’automne du Parlement pour la tenue, au cours du printemps prochain, des élections législatives, puis, comme je l’ai déjà annoncé en avril dernier, je soumettrai au Parlement le projet de révision de la Constitution dans le respect des dispositions énoncées par cette loi fondamentale». Dans ce cadre, il a exprimé sa joie de voir se dérouler les prochaines échéances dans une «pluralité sans précédent, avec la participation d’une classe politique qui sera renforcée par de nouveaux partis et les facilitations que la loi a mis en place en faveur des candidats indépendants». Ainsi, le Président Bouteflika confirme la participation de nouvelles formations politiques qui obtiendront leur agrément, une fois le projet de loi sur les partis politiques validé par le Conseil de la nation. Cependant, on ignore en réalité combien de partis obtientront le cachet de l’Intérieur sachant que le nombre de nouveaux partis est important puisque celui-ci a doublé depuis l’annonce des réformes politiques, le 15 avril dernier. Toutefois, dans une récente déclaration, le ministre de l’Intérieur, avait indiqué que quatre à six partis remplissaient déjà les conditions d’agrément sans préciser de qui il s’agissait. Des rumeurs circulent déjà sur les partis concernés. Il s’agit notamment de l’UDR de Amara Benyounès, le parti de l’ex- candidat à la présidentielle, Mohamed Saïd et le parti de Abdellah Djaballah (le front pour la justice et le développement). Mais ceux qui attendent l’agrément sont nombreux et préparent déjà le dépôt de leur demande à l’instar d’«El Taghyir» de Abdelmadjid Menasra (ex-MSP), le parti d’El Wafa de l’ancien chef du gouvernement, Si Ahmed Ghozali, le parti de l’ex-SG d’El Islah, Djamel Benadessalem et la liste est longue. Il faut dire que c’est à travers l’agrément, qu’on pourra imaginer le prochain paysage politique. Même si sur le terrain, les nouveaux partis n’auront pas assez de temps pour préparer les prochaines élections. Certains partis, à l’instar du RCD, ont réclamé comme condition pour participer à ces élections, la présence d’observateurs étrangers. Dans ce cadre, le Président Bouteflika a réitéré sa détermination à veiller à la réunion de toutes les garanties de transparence des prochaines élections législatives, annonçant que l’Algérie fera appel, à cette occasion, aux observateurs internationaux. Dans ce cadre, il a chargé le gouvernement d’engager «sans délai» les démarches requises auprès de la Ligue des Etats arabes, de l’Union africaine, de l’Organisation de la Conférence islamique, de l’Union européenne et des Nations unies pour inviter toutes les organisations à dépêcher de «manière significative» leurs observateurs aux prochaines élections législatives. D’autre part, le Président n’a pas caché sa satisfaction du Parlement quant à l’avancement des réformes et pourtant les projets de loi soumis à cette institution ont été validés juste par deux partis, le RND et le FLN, majoritaire. Alors que l’opposition espérait une deuxième lecture. A ce propos, il dira que «le gouvernement a été au rendez-vous en déposant sur le bureau du Parlement l’ensemble des projets de loi relatifs à ces réformes. Le Parlement finalise, quant à lui, en ce moment souverainement et démocratiquement, sa prise de décision sur ces projets de loi, dont celles revêtant un caractère organique, feront l’objet d’avis du Conseil constitutionnel». Pour sa part, le ministre de l’Intérieur a indiqué que l’élaboration des textes réglementaires requis pour l’organisation des élections législatives a été entamée et seront disponibles dans les jours qui suivront la convocation du corps électoral.

Source Le Jour d’Algérie Nacera Chenafi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires