Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 11:06

C’est le président du Sénat, Abdelkader Bensalah qui a été chargé de mener les consultations avec les partis politiques et les personnalités nationales

 

Bouteflika 2

 

 

rouges qu’il ne faudra pas dépasser. Lors d’un Conseil des ministres tenu hier, il a rappelé que la Constitution dispose, en son article 178, que nulle révision constitutionnelle ne saurait porter atteinte aux caractères patrimoniaux de l’Etat algérien. Il s’agit du caractère républicain de l’Etat, l’ordre démocratique basé sur le multipartisme, l’Islam religion d’Etat, l’arabe langue nationale et officielle, les libertés fondamentales et les droits de l’homme et du citoyen, l’intégrité et l’unité du

territoire national, ainsi que l’emblème national et l’hy

mne national en tant que symboles de la Révolution et de la République.

«Dès lors, hormis

ces constantes nationales, les lois qui seront révisées ainsi que le projet de révision de la Constitution reflèteront les vues et les propositions qui auront été démocratiquement exprimées par la majorité», a-t-il assuré. Le chef de l’Etat a réaffirmé, en outre, que les réformes politiques seront «profondes», mais dans le respect des principes fondamentaux énoncés par la Constitution en vigueur. Une commission compétente sera désignée par le chef de l’Etat pour prendre en charge ce chantier. De même, il désignera une personnalité «nationale» qui dirigera le processus avant septembre. C’est le président du Sénat, Abdelkader Bensalah qui a été chargé par M.Bouteflika de cette mission. Une fois ce travail achevé, un projet de révision de la constitution sera présenté au président de la République. La mouture finale sera soumise au Parlement comme en dispose la Loi fondamentale. Le Président n’exclut pas une consultation du peuple. «Dans le cas où le projet de révision constitutionnelle se révèle profond, le peuple devra, après le Parlement, en disposer en toute souveraineté, par la voie d’un référendum transparent», a-t-il affirmé. Le Président a chargé le gouvernement de préparer les projets de lois au fur et à mesure de leur finalisation. Ainsi, l’équipe Ouyahia aura la responsabilité de «préparer, à la lumière des vues et propositions des partis et personnalités nationales», les projets de lois découlant du programme des réformes politiques. Il s’agit des trois lois organiques relatives, respectivement, au régime électoral, aux partis politiques et à la place des femmes dans les assemblées élues. Il s’agira ensuite des projets de lois relatifs aux incompatibilités avec le mandat parlementaire et au mouvement associatif ainsi que du projet de révision du Code de la wilaya. Le Président a même avancé un calendrier pour l’achèvement de ces chantiers. Il a indiqué que la totalité de ces réformes devra être sur le bureau de l’APN au plus tard, en septembre afin qu’elles soient débattues et votées pendant l’actuelle législature, au début de sa prochaine session d’automne. Sur le plan social, le chef de l’Etat a mis l’accent sur le logement en assurant que ce droit sera «sauvegardé» et «satisfait».

Il a instruit le gouvernement de mettre au point une nouvelle procédure qui «renforcera la transparence et l’équité dans l’accès des citoyens aux aides publiques au logement et à l’attribution du logement public locatif». Selon lui, les assemblées locales élues devront, à l’avenir, être en mesure d’ «assumer leurs responsabilités de gouvernance et d’intermédiation» vis-à-vis des citoyens.

Ce qui changera dans la presse

A la veille de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le Président Bouteflika a examiné, lors du Conseil des ministres d’hier, le projet de loi sur la dépénalisation du délit de presse. A ce titre, le chef de l’Etat a chargé le gouvernement, en concertation avec la famille de la presse, de diligenter l’élaboration du projet de loi organique relative à l’information. M.Bouteflika a fait savoir que la future loi consolidera de nouvelles garanties juridiques sur la liberté de la presse. «...nous travaillerons à une modernisation de l’espace médiatique national pour le porter au niveau de notre pluralisme démocratique et des ambitions de notre population, et pour conforter le professionnalisme et l’éthique». A ce titre, il a annoncé la mise sur pied d’une commission indépendante d’experts nationaux dans le domaine des médias audiovisuels, de la communication et de l’information.

M.Bouteflika a évoqué la contribution de l’Etat à l’épanouissement de la presse écrite. Une autorité de régulation des médias sera également instaurée une fois la nouvelle loi sur l’information promulguée. «Je profite de cette occasion pour rappeler au gouvernement qu’il est également chargé de préparer les projets de lois relatives à la publicité et aux sondages médiatiques.»

Source L’Expression Nadia Benakli

La révision de la Constitution se précise. Le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, a tracé les lignes

Le Pèlerin  

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires