Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 07:00

Les freins à l’investissement

OMC

 

Les chefs d’entreprise appellent les pouvoirs publics à lever toutes les contraintes d’ordre législatif afin d’encourager les investisseurs nationaux et étrangers à lancer des projets dans différents secteurs. Ils veulent notamment la révision de la règle 51-49, la suppression du crédit documentaire et l’introduction de mesures facilitant l’accès des investisseurs au foncier industriel.

La modification de ces lois est une nécessité afin de dynamiser l’économie nationale et améliorer ses performances. Car les investisseurs, aussi bien nationaux qu’étrangers, font face à d’innombrables obstacles pour lancer leurs projets en Algérie.
Le Forum des chefs d’entreprise ( FCE) appelle, encore une fois, les pouvoirs publics à introduire plus de souplesse dans les dispositifs juridiques et à mettre en place des mesures incitatives au profit de l’investissement. Introduite dans le cadre de la loi des finances de 2009, la règle de 51-49, appelée communément règle de majorité, (le partenaire algérien doit posséder 51% du capital d’investissement et 49% pour l’investisseur étranger), est décriée par le FCE. «La règle 51-49 est une règle trop rigide, je pense que si cette règle est dynamisée, cela apportera beaucoup de choses positives à l’économie nationale», a affirmé, ce matin, Abdelsamad Salah-Eddine, membre du conseil exécutif du FCE, sur les ondes de la chaîne III de la radio nationale.
Insistant sur le fait que l’Etat doit identifier les secteurs stratégiques qu’il faut développer, il a souligné la nécessité de traiter chaque secteur selon son apport pour le développement et la performance de l’économie nationale. «On peut imaginer que les investissements dans le tourisme soient libérés à 100% pour les étrangers, cela nous apportera de l’emploi, des investissements et c’est un domaine stratégique pour l’Algérie. Mais concernant le domaine du plastique qui est ultra-saturé et concurrencé en Algérie, on n’a pas besoin d’investisseurs étrangers.
En déterminant les secteurs d’activités à soutenir, on peut partir de 0 à 100%. «Aujourd’hui cette règle est trop figée à mon sens», a expliqué M. Salah Eddine. La facilitation de l’accès au foncier industriel constitue également une mesure importante pour encourager les investissements. L’accès au foncier reste, a dit l’invité de la radio nationale, un des points noirs qui freinent l’investissement. «Il faut lever les difficultés d’ordre administratif concernant le foncier, il faut unifier les dispositifs pour toutes les wilayas, il y a encore des problèmes. Beaucoup d’opérateurs attendent de leur accorder des assiettes pour leurs investissements», a déploré M. Salah Eddine. Le FCE s’est plaint aussi du prix du foncier qui constitue 30% du coût d’investissement.
«Aujourd’hui, le poids du foncier dans l’investissement est le double, voire le triple, comparé à des pays de la rive sud de la Méditerranée», a souligné M. Salah Eddine. Evoquant le crédit documentaire et sa levée récente dans l’importation des médicaments, il a estimé que la dernière mesure des pouvoirs publics reste floue.
«Concernant les dernières décisions prises pour le médicament, on attend plus de précisions. Beaucoup d’opérateurs en pharmacie n’ont pas encore compris exactement et à mon avis des précisions doivent être apportées. Est-ce que cela concerne l’ensemble des opérateurs en pharmacie ou uniquement le secteur public ?»,-t-il indiqué.

Source Infosoir A.H.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires