Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 09:01

Nous nous aimerons demain...

france-algerie-copie-1

 

Une visite qui intervient à un mois de celle de Hollande

Au programme de M. Raffarin, des dossiers économiques d'importance capitale à même de déterminer les futures relations politiques entre Alger et Paris.

La luminosité est impressionnante à Alger en ce mois de novembre 2012. Les nuages se dissipent et laissent apparaître un ciel d'un bleu qu'on ne peut trouver que dans les cartes postales dédiées aux touristes. Mais les employés de l'ambassade de France à Alger n'en profitent pas. Ereintés par une terrible charge de travail pour avoir accueilli plus de sept ministres de leur gouvernement, ils ne jurent que par le 20 décembre prochain, date de la fin de la visite du président François Hollande.
En attendant, il y a l'envoyé spécial de la France en Algérie pour les relations économiques, Jean-Pierre Raffarin, qui arrive aujourd'hui. Au boulot! Au programme de M. Raffarin, des dossiers économiques d'importance capitale qui vont, de par leur poids et leur impact, déterminer les relations politiques entre Alger et Paris. Ils seront les marqueurs de cette nouvelle ère que veut inaugurer le président Hollande. «Le président de la République (François Hollande, Ndlr) abordera, sans complexe, tous les sujets lors de sa visite à Alger.
Il parlera de la mémoire, de l'économie et des questions internationales», note une source proche de l'Elysée avec la précision que M. Hollande ne se contentera pas de généralités inutiles et myopes. «Il trouvera les mots appropriés pour parler de cette question de mémoire», note encore cette source. Un dossier sur lequel le président socialiste a osé affronter une droite française, certes, actuellement fragilisée par ses turpitudes, mais qui ne ratera jamais l'occasion de remettre le dossier sur le tapis pour faire payer à M. Hollande son «audace». En écho, un responsable diplomatique algérien réplique que «l'Algérie ne gênera pas son hôte par cette question». Les rentiers de la mémoire se sont trop défoulés sur ce sujet. Il est, donc, temps de sonner la fin de la récréation et leur rappeler que la Guerre d'Algérie a pris fin il y a cinquante ans. «Le reste, tout le reste, il faut faire confiance au génie du peuple français qui saura exorciser le poids des inhibitions d'un passé douloureux», indiquent des observateurs à Alger. Cette visite, très attendue des milieux politiques algériens, du président Hollande ne fera pas que télescoper les réminiscences d'une histoire commune tumultueuse. La source diplomatique française précise qu'il placera le curseur sur le présent pour aller vers l'avenir. «Le président insistera surtout sur les sujets qui engagent l'avenir, qui intéressent les citoyens des deux pays dans leur quotidien immédiat. On pense notamment à la circulation des personnes, au visa, au travail et aux opportunités économiques», confie notre source. L'arrivée de M. Raffarin à Alger 30 jours avant le président Hollande a, donc, pour but de finaliser les dossiers économiques. «Nous avons tout intérêt à nous unir dans des alliances industrielles qui vont permettre de produire plus, mieux et de gagner ensemble des parts de marché. La filière automobile peut être un bon exemple parmi d'autres où chacun peut y trouver son compte grâce à un partage d'une valeur ajoutée en croissance», a souligné M. Raffarin dans un entretien qu'il a accordé à notre confrère El Watan. «Nous tenons sincèrement à établir des relations économiques durables, profitables aux deux côtés. Autant la France a besoin de débouchés pour les entreprises en cette période de crise financières mondiale, autant l'Algérie a besoin de diversifier son économie et de transformer sa richesse pétrolière en plus-value» confie la source diplomatique française regrettant cette «inexplicable» loi des 49/51% qui conditionne tout investissement. «Nous comprenons le souci des responsables algériens à vouloir préserver certains secteurs stratégiques, nous pouvons comprendre quand il s'agit des grandes entreprises mais pas quand il s'agit des PME. Dans ce cas précis, c'est un sérieux blocage et, donc, de très grandes opportunités ratées pour nos deux peuples». Sujet également incontournable, est cette fièvre qui a gagné la communauté internationale au sujet de la crise au nord du Mali. Cette fièvre qui a de quoi inspirer un certain malaise entre Alger et Paris? «Nous sommes sur la même longueur d'onde dans ce dossier. Si certains responsables français, dont le ministre de la Défense, ont évoqué avec insistance le recours à l'intervention militaire, c'est qu'il fallait faire bouger les choses dans le sens d'une négociation, le plus vite possible. Il faut convenir que les choses bougent maintenant», confie encore la même source française soulignant, par ailleurs, que «la guerre contre Al Qaïda est une chose acquise pour peu que les organisations agissant au plan local se déterminent». La visite du président Hollande s'annonce grandiose. Les employés de l'ambassade de France ont presque fignolé tous les dossiers. Mais le ciel restera-t-il toujours dégagé?
Jean-Pierre Raffarin à Alger - Une leçon à méditer
Quelle leçon retenir de cette visite de trois jours qu'effectuera, à partir d'aujourd'hui à Alger, l'ancien Premier ministre et vice-président du Sénat français Jean-Pierre Raffarin Jean, si ce n'est celui de la pérennité de l'Etat? L'envoyé spécial de la France à Alger a été chargé en 2011 par l'ancien président français, Nicolas Sarkozy, de gérer un certain nombre de projets français en Algérie. Entre-temps, le peuple français a élu un nouveau président en la personne de François Hollande.
M. Sarkozy est parti, mais M. Hollande n'a pas opéré une chasse aux sorcières surtout dans le dossier Algérie très sensible et important pour la France. Les hommes partent, mais les affaires de l'Etat continuent à fonctionner dans la normalité. Comme quoi, la force des grandes nations réside dans l'Etat et son aptitude à traverser, mieux que les autres, les bourrasques. Belle leçon à méditer.

Source l’Expression Brahim Takheroubt

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires