Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 08:16

Certaines indiscrétions évoquent même un sérieux problème entre les deux hommes.

saadane-raouraoua.jpg

 

La dernière «sortie» de Rabah Saâdane, dans une interview exclusive à un site Internet, relance les spéculations sur son propre avenir à la tête de l’Equipe nationale et ce, à moins d’un mois de son premier match amical depuis la fin du Mondial 2010 face au Gabon, au stade du 5-Juillet à Alger. Il est très utile de commencer par le démenti du coach national au sujet de certaines de ces dernières déclarations. L’intéressé déclare, d’une part, que «ce sont des interviews imaginaires» et d’autre part, qu’il n’est rien décidé pour le moment et «j’ai juste déclaré que j’ai donné mon accord de principe sur une éventuelle poursuite de la mission». Or, selon l’interview qu’il avait accordée à nos confrères d’Echourouk, il est bien indiqué qu’il reste au sein de la sélection nationale. D’ailleurs, et dans la même publication, le président de la Fédération algérienne de football (FAF) avait bien décidé conserver Rabah Sâadane comme entraîneur national, lequel s’est dit prêt à renouveler le bail. Une réunion entre les deux hommes est donc prévue mi-juillet à Alger, après le retour de Mohamed Raouraoua de sa mission pour la FIFA en Afrique du Sud. Raouroua avait jugé positif le bilan de Saâdane tout en précisant qu’il serait très difficile de prendre un coach étranger au vu du laps de temps relativement court pour la prochaine échéance et cela risque de perturber le groupe des Verts. Tout était donc «clair» au sein de l’opinion publique qu’il ne reste plus qu’à confirmer ces deux déclarations et se mettre d’accord sur la composante des adjoints de Saâdane pour signer ce fameux contrat entre Saâdane et le président de la FAF, d’autant que le ministre de la Jeunesse et des Sports, M.Djiar, s’est déclaré pour la continuité et donc pour le maintien de Saâdane à qui il fait autant confiance qu’à son groupe des Verts. Or, cette dernière «sortie» de Rabah Saâdane remet l’idée d’un éventuel changement à la tête des Verts. D’ailleurs, les langues commencent à se délier et voilà qu’on fait sortir une certaine «réunion» houleuse entre Saâdane et Raouraoua en Afrique du Sud où, le premier responsable de l’instance Fédérale algérienne aurait confié qu’il pourrait quitter ses fonctions de président de la FAF. Et si tel aurait été le cas, ce serait sûrement à cause de Saâdane. Car, ou c’est le coach qui doit céder ou, ce serait Raouaraoua. D’autant que la presse nationale avait rapporté que le président de la FAF avait discuté avec certains coachs étrangers.

Ce qui n’est sûrement pas pour plaire à Saâdane alors toujours en fonction.

De ces entrefaits, il ressort une seule conviction: il y a bien malaise entre le premier responsable «technique» des Verts et le premier responsable «administratif» des Verts. Faut-il juste rappeler que c’est ce premier responsable administratif qui avait insisté pour engager ce premier responsable technique à la tête des Verts. Mais entre les deux hommes, il y aurait bel et bien des rapports de «cause à effet» et donc un blocage de la mécanique. Qui en est responsable? Rabah Saâdane en fait allusion à des hommes du président, sans jamais citer le moindre nom. Raouraoua et sa FAF demeurent toujours muets alors que Saâdane assure qu’il n’a rien décidé, seulement, il a bien «décidé» de donner son accord de principe à Raouraoua et c’est toute la «contradiction» d’une polémique réelle qui ne dit simplement pas son nom...

Source L’Expression Said Mekki

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires