Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 04:56

Après deux ans de négociations

Renault-Algerie.jpg

 

Du nouveau dans le dossier Renault en Algérie. Ce sujet qui a fait couler beaucoup d’encre entre l’Algérie et le constructeur français, depuis le début des négociations il y a deux ans est en phase d’être ficelé.  Renault a signé avec les autorités algériennes le 25 mai dernier 

un accord-cadre. Il reste le texte définitif à conclure. C’est ce qu’a rapporté hier l’AFP citant un porte-parole du constructeur automobile français. «Je vous confirme qu’un accord-cadre a été signé mais les discussions se poursuivent» en vue de la finalisation de cet accord, a-t-elle déclaré, sans toutefois donner des détails sur le contenu de l’accord en question notamment sur le type de voitures à construire en Algérie. Le Figaro a également rapporté l’information. Une délégation de Renault se serait même rendue la semaine dernière à Alger, avec à sa tête, le Pdg Carlos Ghosn pour poursuivre les discussions autour de ce projet. Toujours selon Le Figaro, l’usine d’Algérie fabriquera initialement la voiture la plus vendue par Renault en Algérie : la Symbol. Une information déjà donnée auparavant mais qui reste à confirmer à l’issue des négociations entre les deux parties. Des négociations qui concernent plusieurs volets à commencer par le site d’implantation. L’Algérie a pour rappel proposé au constructeur français de réaliser l’usine dans la zone industrielle de Bellara (Jijel). Mais, les français auraient émis des réserves à ce sujet, considérant que ce dernier n’était pas apte à domicilier une usine automobile, notamment concernant le manque de main-d’œuvre qualifiée dans cette région du pays. Fin avril, le ministre de l’Industrie Mohamed Benmeradi avait reconnu que Renault n’était pas satisfait du lieu d’implantation proposé, «loin du bassin d’emploi et n’offrant pas les opportunités nécessaires».Qu’est-ce qui a changé entre-temps, dans les négociations pour connaître une telle avancée. Ce qui est clair pour le moment c’est que l’Algérie ne compte pas faire de concessions. Sauf si les négociateurs de Renault ont réussi à convaincre le ministre de l’Industrie chargé de suivre le dossier depuis le début des discussions avec Jean-Pierre Raffarin de la nécessité de trouver un autre site en remplacement de celui de Bellara. On verra. Pour rappel, l’Algérie mise beaucoup sur ce projet qui vise à diminuer le volume d’importations de véhicules et à lancer une véritable industrie de l’automobile en Algérie en s’appuyant entre autres sur la technologie française. L’Algérie ne veut pas faire uniquement dans le montage, mais dans la construction en se fixant dans un premier temps une production de 75 000 véhicules par an avant de doubler le volume à moyen terme.A la lumière des derniers développements, il est clair que les discussions autour de ce grand projet lancées sous l’ère de Nicolas Sarkozy et qui ont fait l’objet de plusieurs rencontres à Alger et Paris seront conclues sous l’ère du socialiste François Hollande.

Source La Tribune Samira Imadalou

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires