Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 15:48
Création de 52 600 nouveaux emplois
algerie poste 
Le projet de loi de finances pour 2013, actuellement en étude au niveau de la commission des finances et du budget de l'APN, prévoit la création de plus de 52 600 nouveaux postes d'emploi dans la Fonction publique l'année prochaine.
Le PLF 2013, dont une copie a été obtenue par l'APS, propose l'ouverture de 52 672 postes budgétaires nouveaux, portant l'effectif de la Fonction publique en 2013 à 1,966 million d'employés.
Près de 80% de ces postes profiteront aux départements de l'Intérieur et Collectivités locales, la Santé, l'Enseignement supérieur, l'Education nationale et les Finances, selon le PLF. Les dépenses de fonctionnement prévus dans le PLF se réduiraient tout de même de 589,5 milliards (mds) de DA pour passer à 4 335,6 mds de DA en 2013 contre 4 925,1 mds de DA dans la loi de finances complémentaire (LFC) de 2012, soit un recul de 12%.
Le ministère des Finances explique cette baisse, dans sa note de présentation du PLF, par "la non reconduction en 2013 des montants réservés aux rappels des salaires et des régimes indemnitaires", estimés à 679 mds de DA dans la LFC 2012. Sans ces rappels, le budget de fonctionnement de 2013 aurait par contre enregistré une légère hausse de 3% par rapport à 2012, remarque la même source.
Les dépenses de rémunération du personnel baisseront ainsi de 9% à 1 753,1 mds de DA sous "l'effet combiné de la non reconduction des rappels et la prise en charge des nouveaux postes budgétaires et de l'impact des avancements dans les carrières".
Les subventions de fonctionnement baiseront de leur part de 134,9 mds de DA (-17%) par rapport à la LFC 2012 pour la même raison de la non reconduction des rappels notamment pour le personnel des établissements hospitaliers, explique encore le département de Karim Djoudi. Le PLF consacre tout de même 41 mds de DA pour "la prise en charge éventuelle de l'incidence financière de l'application de nouveaux régimes indemnitaires en 2013".
L'intervention économique de l'Etat passera quant à elle à 501,1 mds de DA en 2013 contre 533,4 mds de DA en 2012 du fait notamment de la baisse de la contribution étatique à l'Office national du lait (ONIL) avec -17 mds DA et à l'OAIC (céréales) avec -16,2 mds DA, selon le PLF.
Le ministère n'a pas manqué de souligner la "poursuite de la prise en charge par le budget de l'Etat de l'amélioration du service public, des aides et subventions en direction des franges de populations fragilisées et du soutien des produits de base".
L'aide à l'emploi, qui concerne près de 1,7 million employés profitant des différents dispositifs, s'élèvera ainsi à 217,5 mds de DA alors que l'aide destinée aux élèves démunis (allocation spéciale, gratuité du livre scolaire) sera d'un montant de 33,7 mds de DA.
La contribution de l'Etat au fonds de réserve des retraites représentera en 2013 près de 3% de la fiscalité pétrolière, soit 48 mds de DA.
Le montant de la compensation du prix de l'eau en provenance des unités de dessalement de l'eau de mer augmentera par ailleurs de 20,8% par rapport à 2012 pour atteindre 30 mds de DA en 2013.
Source Les Débats Farid D.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires