Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 07:56

Une enveloppe de 1,3 milliard de dinars pour la restauration de la vieille médina

tlemcen medina

Une enveloppe financière de 1,388 milliard  de dinars a été consacrée aux travaux de restauration et d’aménagement de la  vieille ville de Tlemcen, afin de réhabiliter ses ruelles et placettes, a-t-on appris auprès d’un responsable de la direction de la culture.

Ces opérations, qui s’inscrivent dans le cadre des préparatifs de la manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011», visent  à réhabiliter ce tissu urbain ancien et mettre en valeur ce patrimoine matériel.  Le programme s’articule sur l’aménagement des places publiques de la  vieille médina, dans l’optique de relancer les activités artisanales qui ont  toujours fait sa réputation, a-t-on ajouté. Parmi ces placettes, celle de Bab Zir qui a bénéficié d’une grande opération  d’aménagement visant la création d’espaces culturels, commerciaux et artisanaux,  a indiqué la même source. Cette opération enregistre un avancement «appréciable»  après l’achèvement de la restauration de certaines constructions, la démolition  d’autres et l’indemnisation des propriétaires expropriés, a-t-on  ajouté.

Dans ce cadre, les différentes ruelles et derbs ont également bénéficié  d’opérations d’aménagement et de renforcement des réseaux d’éclairage, ainsi  que d’actions de ravalement des façades, a-t-on signalé. Les vieilles mosquées Sidi El Djebbar, Sidi El Yeddoune, Sidi Lahcen et Ouled Sidi El Imam et les zaouïas implantées dans les différents derbs de la médina bénéficient également d’opérations de restauration, ainsi que le hammam Essabaghine qui remonte à l’ère des Almoravides, le vieux ferrane (four banal) et enfin Dar Sbitar qui fut le théâtre des événements  décrits par l’écrivain algérien Mohamed Dib dans sa célèbre trilogie.

La médina de Tlemcen, qui occupe une position stratégique au cœur du tissu  urbain de la capitale des Zianides, s’étend sur près de  40 hectares.  Selon une étude effectuée ces dernières années par l’Agence  nationale d’aménagement du territoire, la médina de Tlemcen s’étend de Dar  El Hadith jusqu’à Bab Zir en passant par de petites ruelles, dont certaines  sont couvertes. Les maisons recensées sont au nombre de 1450, selon la même étude, qui  note que les modes architecturaux ainsi que les degrés de leur dégradation différent.

Certaines de ces maisons remontent à l’époque ottomane et ont un cachet architectural particulier, mais plusieurs d’entre elles ont subi des transformations qui ont sensiblement altéré leur aspect d’origine. La non-classification de cette médina comme patrimoine national et les  mésententes entre héritiers de ces maisons sont autant de facteurs  induisant la dégradation progressive de ce patrimoine, a-t-on relevé.

Source El Watan APS

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires