Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 05:27

Les établissements scolaires à nouveau bloqués 000101 Climat-inhabituel

 

La neige a de nouveau contraint les élèves à rester chez eux hier dans la wilaya de Tizi Ouzou. En effet, les chutes de neige qui se sont abattues dans la nuit de mardi atteignant à certains endroits des dizaines de centimètres d’épaisseur, ont fait que pas moins de 70 établissements situés essentiellement dans des localités comme Bouzeguene, Iferhounene et Ath Ziki ont été à nouveau fermés après une brève reprise des cours effectuée au début de la semaine courante. Selon la direction de l’éducation de Tizi Ouzou, on a recensé hier près de 80 établissements scolaires où les cours n’ont pas eu lieu alors que l’opération de décompte des établissements partiellement ou totalement inutilisables avoisine la trentaine à travers tout le territoire de la wilaya. Deux collèges (Iloula Oumalou et Ath Ziki) et deux écoles primaires (Bouzeguene et Abi Youssef) ne peuvent plus accueillir aucun élève eu égard aux dégâts importants causés par la neige alors que d’autres établissements ont opté pour le transfert de certaines divisions en préconisant le maintien des classes d’examen dans les salles de cours épargnées par la tempête comme au collège d’Abizar dans la commune de Timizart. Selon la direction de l’éducation de Tizi Ouzou, le retour sur les bancs d’école pour tous les élèves sans exception est attendu pour le début de la semaine prochaine. S’agissant du rattrapage des cours «séchés» par la neige, l’option des journées de mardi et samedi ainsi que celle des vacances de printemps semble être retenue à Tizi Ouzou tout en laissant le soin à chaque établissement l’initiative et ce, selon les retards enregistrés. En somme, le secteur de l’éducation nationale semble de loin le plus touché dans la wilaya de Tizi Ouzou par les dernières intempéries bien que le bilan définitif n’est pas encore établi par les services concernés car dans certaines localités, la neige n’est pas encore dégagée et il faut encore quelques jours pour connaître la situation réelle, comme nous l’a confié le wali de Tizi Ouzou Abdelkader Bouazeghi dans une déclaration au «Jour d’Algérie» mardi en marge d’une cérémonie organisée en l’honneur des conducteurs d’engins venus des autres wilayas du pays. Néanmoins, la wilaya n’est pas sinistrée, a-t-il tenu à nous réaffirmer avant de rappeler que ses services vont solliciter des fonds pour prendre en charge les dégâts occasionnés par les intempéries. Par ailleurs, la direction des travaux publics de Tizi Ouzou a procédé hier après-midi à la fermeture d’un ouvrage d’art situé à l’entrée ouest de Draa Ben Kheda non loin du pont de Bouguedoura dans la commune de Draa Ben Khedda qui relie cette dernière à Tadmait, par mesure de prévention après constatation d’un mouvement de sable au niveau de la culée dudit pont. Cela pourrait provoquer son effondrement à tout moment, d’où la décision de suspendre le trafic routier sur ce même ouvrage, invitant les automobilistes venant de l’ouest à transiter par le centre-ville de Draa Ben Khedda alors que le tronçon de la RN 12 permettant d’éviter la même ville est fermé à la circulation.

Source Le Jour d’Algérie Hamid Messir

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires