Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 12:12
2011 marquée du sceau de la protesta sociale

etudiants- brutalises

 

L'année 2011 en Algérie res tera dans les annales com me celle de la protestation sociale « non-stop ». De janvier à décembre, le pays aura en effet été agité sans discontinuité et en tous lieux par des manifestations de ce genre. Durant toute l'année donc, l'Algérie a vécu au rythme de la protesta sociale exprimée de façon aussi bien violente comme cela a été le cas des émeutes de janvier, que pacifique à travers la multitude de grèves, marches et sit-in initiés et encadrés par les syndicats autonomes et autres acteurs sociaux.
2011 a été tellement marquée du sceau de la contestation sociale que même l'UGTA, pourtant sage et docile, est sortie de son apathie pour prendre le train de la revendication sur ce terrain. Il n'est pas d'ailleurs banal que l'une des dernières agitations sociales qui a ponctué ce mois de décembre finissant l'année 2011 soit le fait de cette organisation syndicale. Même si l'initiative de l'organisation que préside Sidi Saïd est sujette à caution sur les motifs qui l'ont suscitée, cela n'empêche pas d'en tirer la conclusion que le mécontentement social en Algérie est à ce point irrépressible que même cette centrale a dû renoncer à prêcher contre vents et marées la politique de la « paix sociale » qui ne profite qu'aux tenants du pouvoir. 2011 a permis de constater que l'Algérie n'est pas ce pays dont les citoyens seraient béatement satisfaits de leur sort et de la façon dont leurs dirigeants les gouvernent ainsi que la propagande officielle s'échine à en convaincre.
Mais le bouillonnement social dont elle est le théâtre n'a pas débouché sur une révolte du genre de celles qu'ont connues la Tunisie et la Libye voisines ou l'Egypte, le Yémen et la Syrie plus lointains. Au grand dam de ces « analystes » et autres « experts » qui en France se sont hâtivement avancés à prédire pour elle une inéluctable explosion de même nature. Que cela ne se soit pas produit bouscule leurs certitudes et les contraint à des raisonnements spécieux dégoulinant de haines masquées à l'endroit de l'Algérie et des Algériens. Pour autant il faut s'en convaincre, ils ne renonceront pas aux « fantasmes » qu'ils entretiennent et poursuivent concernant l'Algérie. C'est pourquoi ceux qui chez nous s'accrochent à la fadaise d'une « exceptionnalité » de l'Algérie la mettant à l'abri de l'explosion du genre tunisien, égyptien ou libyen, font dans l'inconscience. Tout sera fait, tenté pour entraîner l'Algérie à récidiver chez elle ce qui s'est passé ailleurs dans le monde arabe.
Ce que le pouvoir croit avoir engagé de réformes politiques pour préserver l'Algérie contre ce basculement, est au contraire la voie qui y conduit. Tant il a été guidé dans sa démarche par la croyance ancrée dans l'esprit de ses détenteurs que les réformes politiques sont choses trop importantes pour associer le peuple à leur réflexion. Or s'il est une revendication sur laquelle les Algériens ne cèderont plus, c'est celle de ne plus être considérés comme une simple masse de manœuvre à laquelle l'on fait entériner tous les méandres qu'emprunte la politique officielle de leurs dirigeants. Le changement est à l'ordre du jour en Algérie, la seule question se posant à son sujet est celle de savoir s'il interviendra de façon ordonnée et donc paisible ou dans la violence qui s'est produite ailleurs dans le monde arabe. Pour une grande part, c'est le pouvoir qui détient la clef de l'énigme. Il sera comptable devant l'histoire de ce qui adviendra en Algérie. A cet égard, l'année 2012 sera une année décisive.

Source Le Quotidien d’Oran Kharroubi Habib

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires