Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 08:05

Algérie - revalorisation des pensions de retraite 

 Déçus, les retraités doivent encore patienter

retraites-algeriens.jpg

L’annonce du taux de revalorisation des pensions de retraite n’est pas encore de mise. Prévu pour ce dimanche, à l’occasion de la tenue du 5e congrès de la Fédération nationale des travailleurs retraités (FNTR -UGTA), à l’hôtel Riadh de Sidi Fredj, l’événement tant «attendu» par les délégués syndicaux représentant près de trois millions de retraités n’a pas eu lieu. Le ministre du Travail devant annoncer la nouvelle a brillé par son absence.

Les arguments du secrétaire général de l’UGTA lors de son intervention n’ont pas convaincu les délégués syndicalistes. Ces derniers avaient grand «espoir de voir aujourd’hui le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale annoncer le taux de revalorisation des pensions de retraite». Selon le secrétaire général de l’UGTA, «le ministre du Travail est retenu par des obligations professionnelles. Il m’a appelé pour s’excuser de ne pas être présent à ce rendez-vous organique». Pour les délégués syndicaux, il sagit de «mépris» de la part du ministre de tutelle envers «cette frange de la société». «Rien ne justifie l’absence du ministre à notre rendez-vous, si ce n’est son incapacité d’annoncer le taux de revalorisation des pensions de retraite. Nous avons, au même titre que tous les Algériens, le droit que nos revenus soient améliorés. Le conseil d’administration de la CNR avait proposé le 17 mai dernier des taux de revalorisation des pensions de retraite. Nous avons grand espoir de voir aujourd’hui le ministre du Travail annoncer une augmentation de nos pensions de retraite. Mais hélas, rien n’a été fait. Notre déception est grande», ont déclaré des syndicalistes affiliés à la FNTR. Ressentant le malaise des quelque quatre cents délégués syndicaux, le secrétaire général de l’UGTA a tenté de convaincre ses «aînés», en déclarant notamment que les «attentes des retraités sont immenses et nobles». Il rappelle, à cet effet, les acquis du monde des retraités à travers la mise en place d’un fonds de réserve de retraite (FRR), ou encore «la disponibilité des pouvoirs publics à donner suite aux attentes des retraités». «Peut-être, on n’a pas été à la hauteur de vos attentes, mais notre intention était basée sur la sincérité et la bonne intention.» Et d’indiquer : «Le dialogue social est une conviction profonde et c’est grâce à ce dialogue que nous avons arraché des acquis». Enfin, Sidi Saïd a conclu son intervention en appelant les syndicalistes à «réfléchir à des formes d’aide aux retraités à travers la création de la maison (club) des retraités, des partenariats de prise en charge médicale et de voyage et autres prestations au profit des travailleurs retraités». En ce premier jour des travaux du 5e congrès de la FNTR, «déception» et «frustration» se lisaient sur les visages des retraités. Le ton des travaux donné par le secrétaire général sortant n’a pas créé la «dynamique tant attendue». Et pourtant, lors de son intervention, M. Smaïl Allaouchiche a plaidé la cause des retraités en revendiquant, notamment, «un relèvement de la pension de retraite à hauteur de 100 % du SNMG». Selon lui, les caisses de Sécurité sociale, dont la CNR, connaissent un embellissement de leur situation financière suite aux augmentations des salaires qu’a connues le monde des travailleurs actifs. Par ailleurs, dans son rapport moral, le secrétariat sortant de la FNTR a fait état des acquis arrachés durant son mandat, tout en préconisant la concrétisation d’autres objectifs. Il s’agit notamment de la «résolution définitive du problème de l’application de l’IRG aux pensions supérieures à 20 000 DA». Une mesure qui pénalise, selon la FNTR, plus de 20 000 retraités. Les participants à cette cinquième rencontre organique plaideront auprès des pouvoirs publics pour que le fonds de réserve des retraites, qui a déjà atteint une cagnotte de plus de 100 milliards de dinars, soit utilisé de suite en faveur des retraités actuels et non pas réservé exclusivement aux générations de retraités à venir». Pour les responsables de la FNTR, «la création des emplois et de nouveaux prélèvements pourra sauver le financement de la retraite».

Source Le Soir d’Algérie Abder Bettache

youcefabder@hotmail.com

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires