Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 20:39

Réveillon du jour de l’an en Algérie : Des soirées à 25.000DA et des bûches à 3.000DA

buches de noel

 

Le jour du réveillon, les hôtels et autres lieux de réjouissances s’activent pour la célébration du jour de l’an, surtout que des centaines de jeunes désireux de passer une nuit de rêve font l’impossible pour dénicher le sésame qui leur permettra d’y prendre part. Quand on sait que le coût de la soirée a atteint les 25.000 Da pour une seule personne dans certaines boîtes huppées, beaucoup se contenteront de réserver dans des hôtels ou des appartements transformés pour l’occasion.

Oran semble en pleine effervescence à l’instar d’autres métropoles qui s’apprêtent à accueillir le nouvel an dans la fête et l’allégresse. Ainsi, des milliers de jeunes, venus des différentes villes de l’Ouest et même de l’Est, ont débarqué à Oran pour célébrer le réveillon dans des hôtels luxueux ou des discothèques branchées dont les tenanciers profitent de cette affluence pour augmenter les prix, et ce, en proposant des tables à 15.000 et 25.000 Da pour une seule personne.

Ainsi, seuls les plus nantis auront le privilège de réveillonner dans ces endroits réputés pour leur luxe et leur confort et surtout les conditions de sécurité. En ce qui concerne les cabarets dont la majorité se trouve sur la corniche oranaise, ceux-ci connaissent une demande record. Un habitué du domaine déclarera que les cabarets réputés très branchés affichent déjà complet, et ce, depuis des mois.

Il ajoutera que le prix à payer pour une table de 4 personnes tournait autour de 15.000 à 25.000 da, et qu’il fallait jouer de ses connaissances pour en obtenir une. Toujours dans le même volet, plusieurs jeunes n’ayant pas pu obtenir de réservations dans des boîtes de nuit ou des hôtels se sont résignés à louer des bungalows ou des appartements où ils pourront réveillonner.

En ce sens, le jeune Boubaker qui était en compagnie de ses amis déclarera: «Moi et mes copains, on a cotisé pour louer un appartement pour un mois au prix de 18.000 Da, et ce, pour célébrer le réveillon en toute intimité. C’est cent fois moins cher que les boîtes de nuit et, en plus, c’est plus convivial.

On fait comme ça depuis l’année dernière». Sur ce registre, un agent immobilier nous apprendra que de nombreux jeunes affluent à son agence à la recherche d’appartements à louer pour une période de 15 jours, et ce, dans le but d’y fêter le réveillon. Il soulignera également que ce phénomène prend de l’ampleur face à la cherté des hôtels et des boîtes de nuit.

Le même interlocuteur ajoutera qu’il existe même certains citoyens qui transforment leurs habitations en salles de fête. Pour les gâteaux, en revanche, les affaires ne sont plus ce qu’elles étaient ces dernières années, et ce, face au recul enregistré dans la commande des bûches. Un recul qui peut s’expliquer par l’augmentation des prix qui ont suivi ceux des ingrédients tels que le sucre.

Il n’empêche que certaines familles ne regardent pas au portemonnaie pour faire plaisir à leurs enfants et achètent, quand même, des bûches dont les prix affichés en ce moment varient entre 500 et 1.200Da. En ce qui concerne les boutiques réputées dans la pâtisserie, elles ont taxé certains de leurs modèles, commandés par des hôtels, de 3.000 à 5.000 Da.

Source La voix de l’Oranie G. Redouane

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

tiot 02/01/2011 22:48



salut


je te souhaite une bonne et heureuse année



Le Pèlerin 04/01/2011 07:53



Salut Tiot, illustre inconnu


Je t'adresse également tous mes vœux pour la nouvelle année


Cordialement,


Le Pèlerin