Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 04:37

C’est  la rupture

syndicats-autonomes-resolus.jpg

 

«Les syndicats agréés ont pour rôle de défendre et de protéger les droits des travailleurs. Sauf l'Intersyndicale de la santé publique qui n'a pas d'existence officielle», a déclaré le ministre devant les sénateurs.

Entre le ministère de la Santé et les syndicats autonomes de la corporation, la tension ne fait que monter. Hier au sein du Conseil de la nation, le ministre Abdelaziz Ziari a usé d'un ton dur à l'égard de ces syndicats en grève cyclique depuis plusieurs semaines, soulignant que l'Intersyndicale de la santé n'a pas d'existence légale. «Les syndicats agréés ont pour rôle de défendre et de protéger les droits des travailleurs. Sauf l'Intersyndicale de la santé publique qui n'a pas d'existence officielle. Elle a été créée uniquement pour exercer de la pression», a déclaré le ministre lors de son intervention devant les sénateurs.
Le ministre a ajouté qu'en tant que responsable, «je ne peux pas dialoguer avec cette intersyndicale». Cette organisation est composée du Syndicat national des praticiens de santé publique (Snpsp), du Syndicat national des praticiens spécialistes de santé publique (Snpssp), du Syndicat national des psychologues (Snapsy) et du Syndicat des enseignants du paramédical.
Encore plus menaçant, le représentant du gouvernement lance, sur un air de défi: «S'il y a des positions extrémistes, nous aussi nous avons des positions extrémistes en tant que responsables.»
Toutefois, le ministre de la Santé a annoncé sa disponibilité à dialoguer «avec les syndicats reconnus et agréés pour trouver des solutions aux problèmes posés dans les limites des moyens existants». Il a précisé que des réunions ont déjà été tenues entre le ministère et les syndicats. Les déclarations du ministre n'ont pas été du goût de l'Intersyndicale de la santé publique qui a décidé de reconduire la grève cyclique de trois jours qui entamera le 20 mai prochain sa troisième semaine.
«Devant le mutisme, le mépris, les mesures répressives et l'absence de dialogue (...), l'Intersyndicale des professionnels de la santé décide de renouveler le mouvement de protestation pour la défense de sa plate-forme ainsi que des points spécifiques à chacun de ses membres», a annoncé cette organisation dans un communiqué rendu public quelques heures seulement après les menaces de M.Ziari.
Réitérant sa disponibilité au dialogue, l'Intersyndicale a interpellé le Premier ministre et le ministre de la Santé pour le respect de leurs engagements pour la prise en charge de sa plate-forme de revendications. Aussi, le communiqué a annoncé un autre rassemblement devant le ministère de la Santé le 22 mai prochain. Les syndicalistes réfutent, en outre, les déclarations du ministre concernant l'agrément de l'Intersyndicale, estimant que c'est un espace de concertation.
Scanners recherchent des spécialistes 
Sur un autre plan, le ministre de la Santé a reconnu, en répondant à une question d'un sénateur, que le manque de médecins spécialistes touche toutes les wilayas du pays, notamment celles du Sud. «Le nombre de médecins spécialistes est insuffisant pour couvrir toutes les wilayas et tous les hôpitaux», a-t-il indiqué.
Il a indiqué que son département a pris certaines mesures pour remédier à cette situation, comme l'encouragement des médecins spécialistes à aller travailler dans les wilayas de l'intérieur, en mettant à leur disposition des logements de fonction ainsi que l'amélioration des conditions de travail.
M.Ziari a affirmé que le ministère avait demandé, dernièrement, aux responsables des wilayas intérieures d'assurer des logements de fonction en vue d'inciter des médecins spécialistes à s'y installer.
Il a aussi évoqué un nouveau système de répartition des médecins spécialistes et la coopération avec la Chine et Cuba dans ce domaine. Concernant l'industrie et l'importation de médicaments princeps et génériques, M.Ziari a affirmé que ces derniers étaient soumis à un contrôle rigoureux et continu pour la protection de la santé publique.

Source L’Expression Karim Aimeur

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires