Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 07:47

Gouraya - La proximité du Ramadan affecte la saison estivale

gouraya sidi braham

Avant le rush...!

 

On assiste chaque année à l’approche de la saison estivale à un rush lors des week-ends sur les zones touristiques de Gouraya et Damous.
Cette année ne fait pas l’exception, mais le mois de Ramadan atténue quelque peu la fréquentation de ces lieux. Les estivants de Blida, Alger, Médéa et de Khemis Miliana, qui ont pour tradition de prospecter, dès la mi-mai, les bâtisses, villas et appartements à louer lors des grandes chaleurs sont moins nombreux qu’à l’accoutumée. M. Abdelkader, un responsable d’agence immobilière chargé de prospecter pour ce type d’estivants, est formel : «Cette année, je n’ai reçu qu’une dizaine de Blidéens, des clients attitrés afin qu’on prospecte pour leur compte des locations de un ou 2 mois à Gouraya, Damous ou Larhat.» Cette baisse d’activité est due selon lui «à la proximité immédiate du mois de Ramadan qui réservera des surprises, au-delà de l’Aïd, qui aura lieu en plein mois d’Août et posera des problèmes de disponibilité de bungalows et d’appartements dans ces régions. Il a été constaté en outre que les traditionnels camps de toile de Messoulmou, Oued Sebt, Hadjeret Ennouss et de Oued Bellah se préparent timidement en prévision de ce mois de Ramadan. En effet, les plages sont dans un état d’abandon. Les rejets de la mer en algues et goudron offrent des paysages désolants. Cependant, l’afflux massif des cols blancs lors des week-ends dément ce constat de désintérêt pour les plages. Le cortège de véhicules de ces «millionnaires du vendredi et samedi» le long du tronçon autoroutier Mazafran jusqu'à Cherchell est impressionnant. Plusieurs gendarmes motorisés en application du fameux Plan Delphine y veillent, avec une mise en œuvre rigoureuse des omniprésents radars pour venir à bout des fous du volant. Traditionnellement, et depuis plusieurs années, le Plan Delphine, conçu et élaboré par les services de la gendarmerie, qui gère la circulation routière et autoroutière le long de la côte algérienne, a été reconduit cette année. A l’instar de ces dispositions, il reste l’aléa concernant la disponibilité hôtelière. En effet, en marge de la Journée nationale du tourisme qui a été célébrée le 25 de ce mois, des conférences ont été organisées pour la circonstance, où il a été proposé des systèmes d’hébergement chez l’habitant. C’est à ce titre que M. Haffad, un expert consultant en aménagement touristique, a évoqué la question de l’écotourisme qui est un segment de marché du tourisme durable. Mettant l’accent sur la responsabilité collective du développement touristique, il dira que «tous les Algériens sont responsables du développement touristique de l’Algérie».
Source Le Soir d’Algérie Larbi Houari

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires