Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 00:37

Algérie - Saâdane, l'homme de l'année 2009
rabah-saadane.jpg

Après l'Emeutier, le Harrag, le gardien sauvage des parkings, l'année 2009 doit avoir son homme (ou sa femme) de l'année. Qui est-il donc ? A l'unanimité, il s'agit de Rabah Saâdane, le sélectionneur de l'équipe nationale de foot. L'homme a réussi à incarner l'Algérien tel qu'il aurait dû être s'il n'avait pas été colonisé par la France et ensuite par lui-même et enfin par la mauvaise foi. Contrairement à ce qu'on attendait de l'évolution génétique des Algériens, Saâdane n'est ni psycho rigide comme les enfants de Boumediene (colériques à moustaches, fermes et silencieux comme des menaces, souriants si peu et seulement lors de l'indépendance ou en rencontrant Brejnev, durs et ascétiques avec les femmes et la joie, nationalistes mais frigides). Saâdane ne ressemble pas aux enfants de Bouteflika non plus (généralement ronds comme Barkat, parlant l'arabe classique extraterrestre de Zerhouni, impassibles face au réel comme Ould Abbas, parfois exotiques dans l'accoutrement comme Belkhadem et tout à la fois fermes, autoritaires et faibles). Saâdane ne ressemble pas aux Algériens de son âge souvent si déçus qu'ils ne fréquentent plus que les mosquées et Dieu ou les enterrements.
Saâdane n'est ni fortement désespéré ni abusivement optimiste. Il ne vend pas du vent et n'achète pas des voix. Il a les pieds sur terre alors que la tradition nationale est d'avoir les pieds les uns sur les autres. Il parle peu dans le pays des discours sans fin. Il ne promet rien et pourtant il passe à la télé. Ne fait pas de politique et c'est elle qui lui court après comme une femme intéressée offrant avions et primes. Saâdane a vécu un peu, longuement, avant de vivre brusquement profondément, de 1986 à 2009. On devine, surpris, que cet homme vit vraiment la tendresse, l'affection des siens et semble être arrivé, avant tout le peuple des Algériens, dans un endroit calme et thérapeutique, sans colères ni regrets et où l'on peut se sentir soi-même sans se sentir idiot et être Algérien sans en être malade. Il ressemble à une sorte de Confucius algérien sans yeux bridés, ni soie tendre, mais capable de parler avec une voix douce à un peuple violent et en transformer la violence en chanson douce. On l'appelle le cheikh plus à cause de sa voix qui calme le peuple et le transforme en laine heureuse qu'à cause de son âge.
Tout le monde a été unanime: il a réussi à nous fabriquer une indépendance obtenue contre vingt ans de tristesse nationale et de colonisation par le sentiment d'échec. Il donne surtout cette impression, rare chez nous, pour les gens de son âge et de sa nationalité, de n'en vouloir à personne, d'être content de la vie même pendant les jours sans l'électricité, de faire son travail et pas seulement des miracles, d'accomplir une tâche et pas de tricher avec des horaires de travail, de regarder venir une récolte et pas un cahier de charges. A l'heure la plus dure des matchs de l'EN, il était assis comme un homme de la terre, un paysan noble, assis à cette limite qui sépare, parfois avec injustice, le possible effort de l'imprévisible destin: il avait fait ce qu'il a pu et le reste dépendait des cycles et des étoiles.
Enfin, on ne peut pas élire Saâdane car c'est lui qui choisit et sélectionne. On ne peut lui offrir un pays, c'est lui qui nous l'a offert. On ne peut pas lui donner de l'argent car c'est lui qui fabrique tout notre or. On ne peut pas lui demander de faire plus. Finalement, on aimerait tous vieillir doucement comme lui. Et tous les Algériens donnent l'impression de vouloir le chercher pour lui confier, en gémissant sur son épaule, une ancienne souffrance qu'ils ne savent pas expliquer et lui demander d'accepter la paternité de leur nouveau pays, car les anciens pères sont morts ou ont menti. D'ailleurs, si aujourd'hui les Algériens l'aiment tant, ce n'est pas parce qu'il a réalisé des miracles et a gagné des matchs, mais surtout pour une autre vérité simple et puissante, émouvante et totale: il ne MENT pas.
Le Quotidien d'Oran Kamel Daoud
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires